Murielle Szac est notamment connue du grand public pour être l'autrice de « feuilletons » sur la mythologie grecque destinés aux jeunes lecteurs et lectrices. Elle qui a toujours aimé la Grèce a trouvé la maison de ses rêves en Crète au cœur de l'été 2012, alors que le pays traverse une crise sans précédents.

Depuis 2012, l'écrivaine Murielle Szac partage sa vie entre la France et la Crète, où elle a écrit 'Le Feuilleton d'Artémis'
Depuis 2012, l'écrivaine Murielle Szac partage sa vie entre la France et la Crète, où elle a écrit 'Le Feuilleton d'Artémis' © Murielle Szac

Murielle Szac, autrice de livres pour la jeunesse et directrice de collections dans la littérature jeunesse et la poésie, est passionnée par la Grèce et ses merveilles depuis sa jeunesse. Lycéenne, elle avait déjà le goût de la Méditerranée et de ce berceau de la civilisation. À l'issue de vacances en Crète, durant l'été 2012, l'ami qui l'invitait lui propose de visiter, sur la route du retour vers l'aéroport, une maison à vendre.

L'écrivaine, qui avait déjà publié Le Feuilleton d'Hermès et Le Feuilleton de Thésée, déclarations d'amour à la mythologie grecque, ne sait pas encore que cette maison va la choisir et que, quelques mois plus tard, elle partagera sa vie entre celle-ci et la France.

Mon mari m'a dit : « J'ai l'impression d'avoir passé mon enfance dans cette maison. » ; je lui ai répondu : « Je sais que l'on va y vivre. » C'était une histoire d'amour. Je me suis rendu compte que j'avais déjà mes racines en Crète. C'est très mystérieux et je n'ai toujours pas compris, sept ans après, comment on peut se sentir tellement d'un endroit alors que l'on n'y est pas né·e. C'était une évidence.

Sept ans plus tard, en effet, Murielle Szac se sent Crétoise. Et cette maison est devenu pour elle le lieu de l'écriture. C'est là qu'elle a notamment rédigé Le Feuilleton d'Artémis, dernier volet en date des aventures des dieux, déesses, héros et héroïnes qu'elle raconte pour les jeunes lecteurs et lectrices.

Au moment où elle s'installer en Grèce, tout n'est pas idyllique pour autant. Plombée par la crise de la dette, soumise à une "cure" d'austérité imposée par la Troïka européenne, la Grèce traverse en effet en 2012 une crise sans précédents. La misère et la la pauvreté s'installent dans le pays, la précarité pousse quelques un·e·s parmi les nouveaux pauvres au suicide, la xénophobie monte et le parti d'extrême-droite Aube dorée, considéré par beaucoup comme néo-nazi, accède au Parlement. La colère est partout, mais, selon Murielle Szac, les Grec·que·s et les Crétois·e·s résistent.

Je n'ai pas ressenti de colère en arrivant là-bas, mais plutôt une grande détermination à ne pas se laisser faire, ni se laisser abattre, ni désespérer. C'était plutôt de la résistance. Il y a une fierté extraordinaire et, jamais, il n'y a la plainte.

Pour beaucoup, en effet, cette crise de 2012 a marqué le refus de laisser autrui, en l’occurrence, l'Europe, prendre le contrôle du destin de la Grèce. Serait-ce l'héritage d'Artémis, déesse féministe avant l'heure, à laquelle Murielle Szac voue désormais une sorte de culte ? À n'en pas douter... L'autrice considère quoi qu'il en soit que la mythologie grecque résonne particulièrement et intensément avec les problématiques contemporaines.

La mythologie nous parle en permanence. Toutes les questions qui nous agitent, les questions existentielles, les questions sociales... on a tout dans les histoires des dieux. « Qui je suis ? Où je vais ? » Le Minotaure, par exemple, nous renvoie à la question essentielle de comment on fabrique les monstres.

Lorsqu'elle a commence à écrire 'Le Feuilleton d'Artémis', Murielle Szac a vu s'installer sur une chaise, en face de sa table de travail, une petite chatte tigrée
Lorsqu'elle a commence à écrire 'Le Feuilleton d'Artémis', Murielle Szac a vu s'installer sur une chaise, en face de sa table de travail, une petite chatte tigrée / Murielle Szac

Pour aller plus loin

Rencontres et dédicaces

Murielle Szac est :

Le 13 octobre, à la Maison de la poésie, à Paris, elle fera une lecture musicale du Feuilleton d’Artémis, accompagnée à la harpe par Élisa Vellia.

La programmation musicale du jour

  • Rihanna, "Diamonds", 2012
  • Barbara, "Pénélope", 1963
  • Lizzo, "Cuz I Love You", 2019

Le générique de l'émission

Isabelle Pierre, "Le temps est bon" (1971), remixé par Degiheugi, 2012

Les invités
Les références
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.