En cette Toussaint 2015, l'astrophysicien explore le désert de l'Atacama au nord du Chili, à la recherche de morceaux de météorites. Mais ce jour-là, il tombe sur de splendides peintures rupestres datant de milliers d'années, une particularité du désert chilien.

Peinture rupestre représentant une baleine dans le désert d’Atacama au Chili
Peinture rupestre représentant une baleine dans le désert d’Atacama au Chili © Matthieu Gounelle

L'Atacama est un lieu unique : tout s'y conserve du fait de son extrême aridité, et le ciel y est d'une clarté et d'une luminosité parfaites. On y croise astronomes, observateurs de galaxies via des télescopes géants, chasseurs de météorites, passionnés de peintures rupestres (ou pétroglyphes), mais aussi des mères, grand-mères et épouses chiliennes à la recherche des restes de leurs disparus. En effet, le plus grand camp de concentration de la dictature de Pinochet fut construit au coeur de cette contrée désertique.  Des dissidents y croupissaient et y mouraient, enterrés dans l'immensité sableuse.

Peinture rupestre
Peinture rupestre / Matthieu Gounelle

Matthieu Gounelle, professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris,  se rend tous les ans avec d'autres scientifiques dans ce désert de l'hémisphère sud pour débusquer des météorites, son objet d'étude. Des pierres extraterrestres, petits bouts d'étoiles mortes tombées de l'espace, qui permettent de remonter le temps et de connaître l'histoire de notre système solaire. Leur recherche nécessite une attention très particulière intégrant le regard qui fouille le sol sableux, et l'imagination qui vagabonde. Une alchimie poétique...

Avant d'arpenter l'Atacama, Matthieu Gounelle a effectué à la fin des années 90, sous la houlette de son mentor, l'astrophysicien Michel Maurette, une première mission dans l'Antarctique à la recherche de micrométéorites . L'objectif : recueillir leurs poussières emprisonnées dans les glaces du pôle sud. 

La météorite apportée par Matthieu Gounelle, dans le studio d' "Une journée particulière"
La météorite apportée par Matthieu Gounelle, dans le studio d' "Une journée particulière" © Radio France / Rebecca Denantes

Pour aller plus loin 

A visiter : 

Météorites entre ciel et terre, une exposition actuellement au Muséum National d'Histoire Naturelle jusqu'au 10 juin 2018, dont Matthieu Gounelle est le commissaire

A lire : 

De Matthieu Gounelle : 

Extrait lu : le poème de Henri Michaux : « Dans la nuit » in Un certain plume recueilli dans L’espace du dedans, Éditions Gallimard, 1998

De Michel Maurette : Chasseurs d'étoiles (Hachette, 1993) 

A propos des peintures rupestres ou pétroglyphes du désert d'Atacama, c'est ici

A voir : 

  • Le magnifique film du cinéaste chilien Patricio Guzman : Nostalgie de la lumière (2010)
  • Le documentaire de Martin Figère sur l'expédition de l'astrophysicien Michel Maurette en Antarctique : Chasseur d'étoiles (1994)

A écouter : 

les titres musicaux diffusés dans l'émission : 

  • Myriam Makeba, Jain (2015)
  • La nuit je mens, Bashung (1998)
  • Birds, Yma Sumac (1955)

Le générique de l'émission s'intitule "Le Temps est bon". Il s'agit d'un remix d'une chanson d'Isabelle Pierre, proposé par Degiheugi.

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.