Ce jour-là le biologiste de 30 ans quitte le monde scientifique et universitaire après avoir soutenu sa thèse sur les fourmis arboricoles. Au même moment, la finance mondiale s’effondre. L’effondrement, justement, celui de notre monde, une quasi réalité à laquelle le jeune scientifique a décidé de s’attaquer.

Scène de dévastation écologiste...
Scène de dévastation écologiste... © Getty / Madison Wells / EyeEm

A la fin de l’été  2008, la banque d’investissement Lehman Brothers fait faillite et entraîne dans sa chute la bourse américaine et toutes les bourses mondiales. Un an plus tôt, la crise des subprimes avait déjà chassé de leurs maisons des centaines de milliers d’Américains. 

Sidéré par le livre de Rob Hopkins

A la même époque, Pablo Servigne est encore dans son cocon, « plongé jusqu’au cou dans la littérature scientifique et dans l’écriture de ma thèse, comme si l’effondrement de l’économie en même temps que celui de la biodiversité ne m’atteignait pas ». Et pourtant, le chercheur a pris la décision, sitôt docteur, de  « se prendre le monde dans la figure ». Il s’engage comme agronome dans l’éducation populaire à Bruxelles au sein d’associations de l’économie solidaire et sociale, et découvre avec enthousiasme le mouvement de la Transition initié par Rob Hopkins, un enseignant anglais en permaculture, dont le livre vient alors de paraître. 

Hopkins défend une transition nécessaire et incontournable vers un monde sans pétrole. Son but : faire prendre conscience à chacun du pic pétrolier (la fin de la manne) et du changement climatique afin de s'y préparer concrètement par des actions locales positives. « C’est un mouvement joyeux qui propose un monde meilleur et pas celui de Mad Max ! ».  

De l’effondrement à l’entraide 

Pablo Servigne propose un véritable état des lieux. Celui d’une  civilisation hyper globalisée, interconnectée et vulnérable à la moindre perturbation. Il a décrit dans ses livres (voir ci-dessous) les liens reliant les crises entre elles : le dérèglement climatique, le pic pétrolier, la destruction des organismes vivants et de leur milieu de vie, la fragilité des systèmes financiers et économiques. Des crises qui se nourrissent mutuellement et dont la réunion rend l’effondrement probable. 

Face à cette perspective, le premier réflexe, logique, ne serait-il pas de passer de la dépendance à l’indépendance ? Certains groupes humains s’y essaient en fabriquant des bunkers ultra équipés dans des territoires isolés loin de toute nuisance (le survivalisme). Mais pour le chercheur, le seul remède est l’entraide, innée chez l’homme, et qui émerge lorsque l’environnement est hostile. «Rien n’est solitaire, tout est solidaire », a dit Victor Hugo. Il faut donc « créer une culture de la coopération et de l’altruisme » pour éviter l’effondrement. Ses deux inspiratrices et héroïnes : Elinor Ostrom, Prix Nobel d’Economie 2009 etJoanna Macy, militante écologiste californienne et éco-psychologue. La première a repensé la gestion des biens communs en démontrant que certains groupes étaient capables de s’auto-organiser et de se fixer des règles pour gérer au mieux leurs ressources.  La seconde revendique l’interdépendance entre tous les êtres vivants pour la sauvegarde de notre planète. 

Pour aller + loin : 

La page de Pablo Servigne, c'est ici 

Ses livres : 

- Une autre fin du monde est possible. Vivre l'effondrement (et pas seulement y survivre), co-écrit avec Gauthier Chapelle et Raphaël Stevens, à paraître au Seuil le 18 octobre 2018 

- L'entraide, l'autre loi de la jungle, co-écrit avec Gauthier Chapelle, (Les Liens qui Libèrent, 2017)

- Comment tout peut s'effondrer. Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes, co-écrit avec Raphaël Stevens (Le Seuil, 2015)

- Petit traité de résilience locale, co-écrit avec Agnès Sinaï, Raphaël Stevens et Hugo Carton (Ed. Charles-Léopold Mayer, 2015) 

- Eloge des mauvaises herbes. Ce que nous devons à la ZAD, un ouvrage collectif coordonné par Jade Lindgaard, (Les Liens qui Libèrent, 2018)

Et aussi :

- le site du Mouvement de la Transition en France, initiée en Grande-Bretagne par Rob Hopkins au début de la décennie 2000

- La radio web la Planète Bleue

- La revue Le Crieur n°7 : Quand les ultra-riches se préparent au pire (Juin 2017) 

- Manuel de Transition. De la dépendance au pétrole à la résilience locale, de Rob Hopkins (Edition Ecosociété, 2010) 

- La gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, d'Elinor Ostrom (De Boeck, 2010) et sur les travaux du Prix Nobel d'économie 2009 : Elinor Ostrom ou la réinvention des biens communs, un article de Hervé Le Crosnier (Les blogs du "diplo", juin 2012)

- Ecopsychologie pratique et rituels pour la Terre, de Joanna Macy (Editions Le Souffle d'Or, 2018)

Enfin à lire ou à relire

- L'entraide. Un facteur d'évolution, de l'anarchiste russe Pierre Kropotkine (Edition Ecosociété, 2005) 

- La Grande Transformation, de Karl Polanyi (Gallimard "Bibliothèque des Sciences Humaines", 1983) : un ouvrage écrit en 1944 et traduit seulement 40 ans plus tard, et pour cause, la démarche de l'économiste hongrois était novatrice et visionnaire, voire dérangeante pour l'époque, associant : "l'histoire et l'anthropologie pour démontrer que l'économie de marché est une construction socio-historique et non un trait de la nature" (extrait du magazine Sciences Humaines, 2003)

Les titres musicaux diffusés à l'antenne : 

  • Back to black, Amy Winehouse (2007)
  • Les fourmis rouges, Michel Jonasz ( 1981)
  • Bonya, de Fatoumata Diawara (2018)

Les références du générique de l'émission :  « Le Temps est bon » d’Isabelle Pierre remixé par Degiheugi 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.