Ce jour-là la jeune artiste, alias Solange Te Parle la Youtubeuse solitaire et isolée adopte une petite chienne, surnommée « Truite », pour être aimée et rendre son quotidien plus léger.

21 mai 2014, Solange a adopté son chien…
21 mai 2014, Solange a adopté son chien… © Solange

Le fantasme d’une vie d’artiste à la française

Ina Mihalache est née au Québec d’un père roumain et d’une mère québécoise. A 10 ans, fascinée par l’accent français, elle décide de perdre le sien en regardant pendant des heures les émissions françaises de TV5 Monde. Son but : se forger une nouvelle identité. « J’ai dû reformater mes organes de la parole ». Sa vie de collégienne lui pèse , elle « se téléporte » dans une vie d’artiste à la Gainsbourg et Birkin dans le Paris bohème, et se cherche un amoureux français sur Internet. 

Mais une fois installée dans la capitale française, ce rêve d'une vie d’artiste s'effondre. Elle envoie valser cours de théâtre au cours Florent et histoire de l’art à la fac. 

Il me fallait de l’amour chez moi

« La première fois que j’ai vu ma chienne, c’est en photo : petite à poil court, très maigre avec une peau trop grande qui lui dégoulinait sur la gueule, des yeux très expressifs. J’ai craqué direct » raconte Ina. Une bâtarde, avec la robe du Jack Russell, aux pattes très fines, la tête du Chihuahua et des attributs du Fox Terrier et du Wippett. 

Ina adopte « Truite » pour faire le deuil de tout ce qu’elle n’est pas. Seule et désespérée mais avec un chien qui accepte toutes ses humeurs et ses peines sans la juger. La thérapie contre le mal de vivre, c’est « Truite ». 

Se poser et décrire la vie comme elle est, ça m’apaise

Ina Milahache réalise très souvent ses vidéos dans son appartement dont elle sort peu. Un appartement protecteur, vidé des objets encombrants pour éviter l’accumulation. Mais comment faire du plein avec du rien ? Ina s'inspire de Samuel Beckett, mais aussi de l’écrivain Georges Perec et de sa tentative d’épuisement d’un lieu (parisien) lorsqu’il énumère tout ce qu’il voit en restant planter durant des heures au Carrefour Mabillon. La plasticienne Sophie Calle ou encore la cinéaste Chantal Akerman l'inspirent toujours. Elles ont « parlé de leur vie pour aller mieux mais sans apitoiement. Une force vitale qui se nourrit du désarroi. Une lutte que j’ai incarnée dans mes vidéos ». 

Pour aller + loin : 

Et aussi : 

Vous avez pu entendre des extraits de : 

La play list diffusée dans l'émission dans l'ordre de diffusion : 

  • Uptown funk, Mark Ronson/Bruno Mars (2014)
  • Conne, Brigitte Fontaine (1999)
  • Already dead, Otzeki (2018)

Les références du générique de l'émission :  « Le Temps est bon » d’Isabelle Pierre remixé par Degiheugi

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.