Récemment, Zoé Varier a vu au théâtre 'Parlement', le premier spectacle du projet intitulé L'Encyclopédie de la parole, mis en scène par Joris Lacoste. Elle y a été époustouflée par la virtuosité de la performance de l'actrice seule en scène, Emmanuelle Lafon. La suite, une rencontre hors du commun, est à écouter.

L'actrice Emmanuelle Lafon sera sur la scène du Théâtre de Gennevilliers du 7 au 17 janvier 2021, dans 'Le Grand Débat' de Louise Hémon et Émilie Rousset
L'actrice Emmanuelle Lafon sera sur la scène du Théâtre de Gennevilliers du 7 au 17 janvier 2021, dans 'Le Grand Débat' de Louise Hémon et Émilie Rousset © Kandida Muhuri

Emmanuelle Lafon est comédienne et metteuse en scène. Pour parler d'elle, elle aime particulièrement le mot « actrice », autant pour le plaisir de le prononcer, car il n'est pas commun d'entendre, dans la langue française, trois consonnes qui se suivent, que pour ce qu'il raconte de son métier :

Dans « actrice », il y a « agir », j'aime bien. Je me définis pas mal comme ça : je suis quelqu'un qui agit. Un acteur agit ; il est normalement en train de faire des trucs.

Ce résumé en dit long sur la nature de la rencontre entre Zoé Varier et Emmanuelle Lafon, pour Une journée particulière : un échange dans lequel la parole est libre, l'amour des mots et de la parole est entier, la passion du théâtre intacte, malgré le contexte sanitaire qui met la culture à mal.

Le Parlement de la parole

Quelques jours avant le deuxième confinement, Zoé Varier a eu la chance de voir sur la scène du Théâtre de la Bastille, à Paris, la pièce de théâtre Parlement, qui s'inscrit dans un projet polymorphe intitulé Encyclopédie de la parole, dont fait partie Emmanuelle Lafon, et qui vise à explorer l'oralité sous toutes ses formes. Créé en 2009, le spectacle, dans lequel l'actrice est seule en scène, restitue une centaine de paroles différentes, qui ont été prononcées un jour et enregistrées.  

Une partition comme une pyramide

Emmanuelle Lafon a choisi pour « journée particulière » le 6 octobre 1997. Ce jour-là, alors qu'elle est élève au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, à Paris, elle découvre pour la première fois la partition d'une « Récitation » du compositeur de musique contemporaine Georges Aperghis. Alors qu'elle détestait sa voix et le chant en général, c'est en cours de chant qu'elle tombe sur cette partition qui ne ressemble à aucune autre, qui va la bouleverser et donner à sa carrière un tournant décisif. Les Récitations, composées entre 1977 et 1978 pour la voix seule de la comédienne et chanteuse Martine Viard, sont en effet pour Emmanuelle Lafon une révélation : Georges Aperghis y interrogeait la musicalité de la parole, le son des mots, les chocs et les combinaisons de rythmes et de phonèmes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Je vois un dessin. Je vois une grande feuille [...] avec un dessin de pyramide [...]. C'est noir et blanc. Il y a des espèces de notes de musique... et des mots ! [...] Un monde s'est ouvert à moi. [...] Je me suis rendu compte qu'il y avait plein de manières d'ouvrir les portes de ce que c'est que de jouer, pour un acteur. Le mot « jouer », d'ailleurs, a très justement tous les sens qu'il peut avoir. C'est très ludique.

Par la suite, l'actrice rencontrera au cours de sa formation d'autres figures illustres de la scène, acteurs et metteurs en scène, qui forgeront son oreille et la pousseront à porter une attention toute particulière aux de la parole. Parmi eux : Klaus Michael Grüber et Michel Piccoli.

« Nous sommes tou·te·s des expert·e·s de la parole »

Depuis plus de dix ans, Emmanuelle Lafon, avec L'Encyclopédie de la parole, s'attache donc à décortiquer la parole et les paroles sous toutes leurs formes. Dans ce projet collectif qui réunit poètes et poètesses, acteurs et actrices, artistes plasticien·ne·s, ethnographes, musicien·ne·s, dramaturges ou encore chorégraphes, il est question de collecter toutes sortes d'enregistrements sonores, dans plusieurs langues, et de les répertorier en fonction de phénomènes particuliers de la parole : alternances, cadences, choralités, combinaisons, compressions, emphases, espacements, focalisations, mélodies, plis, ponctuations, saturations, séries ou encore timbres...

Mais Emmanuelle Lafon a des mots plus simples pour présenter cette aventure :

C'est fou. [...] On fait des rapprochements entre des choses qu'on entend. [...] Tiens, c'est marrant, quand j'entends un commentateur de courses hippiques parler, il parle dans une telle cadence que ça me fait penser à cette chanson de Patti Smith qui est une espèce de parlé-chanté, elle est dans une cadence comme ça.

Le corpus comporte aujourd'hui plus de 1000 notices, à partir desquelles L'Encyclopédie de la parole produit des pièces sonores, des performances, des spectacles, des conférences, des concerts et des installations.

Agenda

  • Emmanuelle Lafon sera sur la scène du Théâtre de Gennevilliers du 7 au 17 janvier 2021, dans Le Grand Débat de Louise Hémon et Émilie Rousset, dans le cadre d'une série intitulée « Rituels ».
  • blablabla, un spectacle de L'Encyclopédie de la parole, mis en scène par Emmanuelle Lafon, se jouera   à Vitry-le-Francois (Marne) le 18 décembre 2020 à 19 heures.

La programmation musicale du jour

  • Björk, "Bachelorette", 1997
  • Lee Perry & The Upsetters, "Kojak", 1975
  • Delgres, "4 Ed Maten", 2020

Le générique de l’émission 

Isabelle Pierre, "Le temps est bon" (1971), remixé par Degiheugi, 2012

Les invités
L'équipe
Contact