Le 6 septembre 1996, Christian Hecq, comédien et metteur en scène, aujourd'hui sociétaire de la Comédie-Française, entre pour la première fois sous le chapiteau du cirque Bouglione-Romanès pour y proposer un numéro de clown. C'est le point de départ d'un nouvel élan dans sa carrière, placé sous le signe du corps.

La Comédie-Française interprète à Paris la pièce '20 000 lieux sous les mers' d'après Jules Verne, dans une adaptation et une mise en scène de Christian Hecq et Valérie Lesort
La Comédie-Française interprète à Paris la pièce '20 000 lieux sous les mers' d'après Jules Verne, dans une adaptation et une mise en scène de Christian Hecq et Valérie Lesort © Getty / Raphael Gaillarde / Gamma-Rapho

Christian Hecq est comédien, sociétaire de la Comédie-Française, et metteur en scène. Mais cette présentation est tout à fait lacunaire, parce qu'avant tout, Christian Hecq est un être singulier. On le reconnaît entre mille quand il entre sur un plateau de théâtre. Bête de scène, surnommé le « Marsupilami », comparé à Charlie Chaplin, il dispose d'une plasticité physique étonnante et propose un jeu théâtral très organique et corporel. Il a triomphé, avec le Français, dans Le Fil à la patte et dans 20 000 lieues sous les mers ; il ne compte plus les récompenses, ayant déjà reçu trois Molière...

Son jeu, basé, donc, sur le corps, tient beaucoup à sa « Journée particulière ». En effet, ce jour-là, vendredi 6 septembre 1996, il fait son entrée dans la grande famille du cirque et découvre le monde tzigane, sous le chapiteau Romanès-Bouglione.

Ce qui m'intéressait beaucoup dans le cirque, c'est que l'on rentre dans un espace où l'on est vu à 360 degrés. Je voulais sentir ce que c'était que de jouer avec tout son corps, avec son dos également.

Passionné par Laurel et Hardy dans sa plus tendre enfance, Christian Hecq s'est intéressé au clown, mais aussi au mime. Il aurait rêvé de prendre des cours avec le grand Étienne Decroux, qui considérait le corps comme un instrument de musique. Il parvenait en effet à faire prendre conscience à ses élèves de chacune des parties de leur corps, isolément. Une technique que Christian Hecq maîtrise aujourd'hui et qui le fait briller à la Comédie-Française et ailleurs. Diplômé de l'INSAS, à Bruxelles, il a d'ailleurs présenté pour son audition d'entrée le rôle de Monsieur Jean, dans Mademoiselle Julie de l'écrivain suédois August Strindberg... en breakdance

Pour le comédien et metteur en scène, le corps et le mouvement ont une importance telle qu'ils lui permettent d'en apprendre beaucoup sur les personnes qui l'entourent. 

Quand on regarde quelqu'un marcher, on peut déjà se raconter une dizaine d'histoires sur sa vie. On voit ses frustrations, ses points forts, ses points faibles, ce qui est bloqué, ce qui est vivant.

Pourtant, outre Laurel et Hardy, parmi les figures qui ont inspiré Christian Hecq, il y a celle d'un homme de mots : Raymond Devos.

La parole est finalement venue plus tard. C'est à la Comédie-Française qu'il apprendra à la maîtriser. Son arrivée au Français, comme pensionnaire en 2008, puis comme sociétaire le 1er janvier 2013, coïncide d'ailleurs avec une volonté d'ouverture de la prestigieuse troupe aux disciplines et spécialités moins « classiques » de la scène. Il convient ici de préciser qu'outre le corps, les tropismes de Christian Hecq vont de l'astrophysique à la science-fiction, en passant par le mouvement des insectes et les énergies renouvelables. Jorge Luis Borges est l'un de ses auteurs préférés.

Christian Hecq et l'année 1996

  • Il participe à la marche en hommage aux victimes de Marc Dutroux.
  • Il s'émeut de la mort de François Mitterrand.
  • Il s'enthousiasme du séjour de 16 jours de Claudie Haigneré à bord de la station orbitale russe Mir.
  • Il adore le film Mars Attacks! de Tim Burton.
  • Il se déchaîne sur "Freed From Desire" de Gala.
  • Il se réjouit de la fin du service militaire obligatoire, lui-même ayant simulé la folie pour y échapper.
Christian Hecq se produit dans 'Le Malade imaginaire' de Molière avec la Comédie-Française, en tournée en France jusqu'en décembre 2019
Christian Hecq se produit dans 'Le Malade imaginaire' de Molière avec la Comédie-Française, en tournée en France jusqu'en décembre 2019 / Christophe Raynaud de Lage, coll. CF

Christian Hecq sur scène

Avec la Comédie-Française :

  • Le Malade imaginaire de Molière, mis en scène par Claude Stratz est en tournée en France jusqu'au 19 décembre 2019.
  • Cette même pièce est reprise à Paris, au Théâtre Marigny en avril et mai 2020.
  • Il co-met en scène, avec Valérie Lesort, Le Bourgeois Gentilhomme de Molière, dans lequel il interprète le rôle-titre, au Théâtre Marigny, à Paris, en septembre et octobre 2020.

En-dehors de la Comédie-Française :

La programmation musicale du jour

  • Fugees, "Killing Me Softly with His Song", 1996
  • Suzanne Gabriello, "Z'avez pas lu Kafka", 1996
  • Bon Iver, "Hey, Ma", 2019

Le générique de l'émission

Isabelle Pierre, "Le temps est bon" (1971), remixé par Degiheugi, 2012

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.