Son archet est un pansement. Si la musique adoucit les mœurs, pour Claire Oppert, elle adoucit également la mort, apaise la douleur, transforme les malades et fait partie intégrante des protocoles de soin, à l'hôpital, en EHPAD ou dans une institution pour enfants autistes. Rencontre avec une violoncelliste thérapeute.

Violoncelliste et musicothérapeute, Claire Oppert a permis de prouver que la musique vivante pouvait faire baisser l'anxiété et la douleur de certain·e·s malades ou patient·e·s en fin de vie
Violoncelliste et musicothérapeute, Claire Oppert a permis de prouver que la musique vivante pouvait faire baisser l'anxiété et la douleur de certain·e·s malades ou patient·e·s en fin de vie © Astrid di Crollalanza

Claire Oppert est violoncelliste, diplômée du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, titulaire d’une licence de philosophie et d’un diplôme universitaire d’art-thérapie. Elle est une musicienne qui prend soin des  autres. 

Le "pansement Schubert"

Claire Oppert a choisi comme « journée particulière » un jour d'avril 2012. Ce jour-là, elle se rend comme chaque semaine dans un EHPAD au sud de Paris pour y jouer de la musique. La porte de la salle commune, appelée "Espace", est ouverte. Dans un coin une femme hurle et se débat. C’est Madame Kessler. Deux infirmières autour d’elle la maintiennent. Elles doivent absolument refaire son pansement, la plaie de son bras est purulente. Claire Oppert ne voit pas son visage. Seulement celui, tendu, des infirmières. Quand Madame Kessler ne crie pas, elle tente de les mordre.

Sans réfléchir, Claire Oppert s'assied face à elle et lui joue le thème de l’Andante du Trio pour piano et cordes n° 2, opus 100, de Schubert. Après seulement deux ou trois mesures de musique, le bras de Madame Kessler se détend. Elle cesse de crier, s’abandonne et montre même une ébauche de sourire.

Ce jour d'avril 2012, c’est la première fois que Claire Oppert est confrontée à l’évidence du soulagement de la douleur grâce à la musique. Face à ce soulagement, l’une des infirmières dit à la violoncelliste et musicothérapeute : « Il faut absolument revenir pour "le pansement Schubert" ». C’est ainsi que l’expression est née. Depuis, « le Pansement Schubert » est devenue une étude clinique, puis un protocole médical. Il a été expérimenté sur les patient·e·s dément·e·s et sur les personnes en soins palliatifs. Cette nouvelle approche non médicamenteuse est aujourd’hui connue dans le monde entier.

Extraits choisis

Le "Pansement Schubert", c'est la diminution de la douleur grâce à l'impact bénéfique de la musique. C'est quelque chose qui remonte aux débuts de l'humanité.

La musique vivante peut faire ouvrir les yeux, détendre les mains, couler les larmes et donner un peu d'espoir.

J'ai pu allier le monde de l'art et le monde du soin grâce à la confiance et l'accompagnement d'Howard Buten qui m'a ouvert des portes et des chemins inusités extraordinaires.

Pour aller plus loin

Le livre de Claire Oppert, Le Pansement Schubert, a paru aux éditions Denoël.

Agenda

Le jeudi 25 mars 2021, la Salle Gaveau, à Paris, organise avec Claire Oppert une soirée exceptionnelle autour de son livre Le Pansement Schubert, avec le violoniste Maxim Vengerov, le pianiste Roustem Saïtkoulov, le philosophe Éric Fiat et le Docteur Jean-Marie Gomas : "Une soirée musicale et poétique, regards croisés sur le pouvoir de la musique dans le soin, avec au programme des œuvres de Schubert, Brahms et Schumann."

La violoncelliste et art-thérapeute Claire Oppert participe à une soirée poétique et musicale autour de son livre 'Le Pansement Schubert', à la Salle Gaveau, à Paris, le 25 mars 2021
La violoncelliste et art-thérapeute Claire Oppert participe à une soirée poétique et musicale autour de son livre 'Le Pansement Schubert', à la Salle Gaveau, à Paris, le 25 mars 2021 / Astrid di Crollalanza

La programmation musicale du jour

  • Johnny Hallyday, "Retiens la nuit", 1961
  • Jean-Sébastien Bach (compositeur), Concerto pour deux violons en ré mineur (BWV 1043) - Deuxième mouvement (Largo ma non tanto), par Yehudi Menuhin (violoniste) et David Oïstrakh (violoniste) avec l'Orchestre de chambre de la RTF dirigé par Pierre Capdevielle, 1958
  • Dom La Nena, "Todo Tiene Su Fin", 2020

Et des extraits de :

  • Franz Schubert (compositeur), Trio pour piano et cordes n° 2, opus 100 - Deuxième mouvement (Andante con moto), par Claire Oppert (violoncelliste)
  • Frédéric Chopin (compositeur), Nocturne numéro 2 en mi bémol majeur, opus 9 n° 2, par Benno Moiseiwitsch (pianiste)
  • Jean-Sébastien Bach (compositeur), Suite pour violoncelle seul n° 5 en do mineur (BWV 1011), par Claire Oppert (violoncelliste)
  • Édith Piaf, "Non, je ne regrette rien", 1960
  • Gabriel Fauré (compositeur), "Après un rêve", opus 7 n° 2, par Claire Oppert (violoncelliste) et Roustem Saïtkoulov (pianiste)
  • Rihanna, "Diamonds", 2012

Le générique de l'émission

Isabelle Pierre, "Le temps est bon" (1971), remixé par Degiheugi, 2012

Les invités
Les références
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.