Ce jour-là, la future cinéaste, petite fille solitaire et rêveuse, découvre émerveillée la comédie musicale de Jacques Demy. L’histoire de Solange et Delphine, jumelles d’une vingtaine d’années à la recherche du grand amour. Un monde éclatant de beauté, tel qu’il devrait être…

Catherine Deneuve et Françoise Dorléac dans "Les Demoiselles de Rochefort" de Jacques Demy
Catherine Deneuve et Françoise Dorléac dans "Les Demoiselles de Rochefort" de Jacques Demy © Getty

Jacques Demy : un cinéaste qui regarde avec son cœur

C’est sa grand-mère juive polonaise, qui ne parle que le yiddish, qui l’emmène au cinéma le matin sur les Champs Elysées. Elevée dans une famille aux valeurs fortes, avec un côté protestant droit, secret et rigide, la jeune Yolande Zauberman se retrouve, d’un coup, avec les Demoiselles de Rochefort, projetée dans un autre monde : 

Ces deux jeunes filles si belles rêvant du grand amour ! Et en plus des jumelles, le contraire de la solitude. Leur façon de parler très française. Leurs robes rouges de demoiselles. J’ai vraiment le souvenir d’un émerveillement, un éclair, un éclat de beauté. Le monde tel qu’il devrait être.

Les Demoiselles de Rochefort m’ont émerveillées ; M le Maudit m’a terrifiée. 

M Le Maudit de Fritz Lang est l’autre film qui a  profondément marqué la cinéaste : « J’ai mis longtemps avant de pouvoir le regarder en entier tellement j’étais terrifiée par ce criminel pédophile, qui avance masqué». La joie et la terreur, un double mouvement qui est au cœur du cinéma de Yolande Zauberman. Tenter de comprendre où se situe la frontière et pourquoi on bascule de l’un à l’autre, comme victime et comme bourreau. 

« Pas faire, pas parler, on peut crever » c’est le proverbe yiddish de ma grand-mère. Ça  veut dire qu’il faut parler ou agir sinon on peut exploser. Car au final, le problème, c’est le silence.

Menahem Lang est le héros du dernier film de Yolande Zauberman « M », un documentaire qui retrace la terrible histoire d’un enfant blessé, violé au sein de la communauté ultra orthodoxe juive de Bnei Brak dans la banlieue de Tel Aviv. A vingt ans, Menahem fuit l’enfer et devient acteur-chanteur dans les films d’Amos Gitaï. « Je l’ai repéré et suivi du regard durant des années, et en tapant son nom sur internet, je suis tombée sur un blog où il racontait ses viols répétés ». C’est son retour sur les lieux du crime que la cinéaste va filmer. Elle parvient à pénétrer cette communauté si hermétique – sans TV, sans cinéma, sans café - grâce à sa connaissance du yiddish et grâce à Menahem : « A chaque fois que je filme, je deviens invisible. ». 

Au début du film, Menahem, enragé, fou de colère et de douleur, veut en découdre avec l’un de ses violeurs. « Il voulait se venger et moi je voulais voir ». Puis, petit à petit, le jeune homme va bouleverser l’ordre du quartier par son retour, susciter, provoquer la parole, les confessions, celles d’autres hommes blessés comme lui, mais aussi celles des bourreaux. 

Je suis parmi les miens pour les agresser, je suis parmi les miens pour les protéger. 

Franz Kafka. 

Pour aller + loin : 

M, sorti sur les écrans le 20 mars 2019 - le documentaire a reçu le prix spécial du jury du festival international du film de Locarno 2018 : 

Les documentaires de Yolande Zauberman ont fait l'objet d'une rétrospective dans le cadre du Cinéma du Réel, festival international du film documentaire qui s'est tenu au Centre Georges Pompidou à Paris du 15 au 24 mars 2019 : 

Yolande a aussi réalisé des fictions : 

Arte Editions a édité en 2011 une version restaurée du film de Jacques Demy : Les Demoiselles de Rochefort. 

Les Films sans Frontières ont édité en 2015 une version restaurée du film de Fritz Lang : M Le Maudit (1931) 

A lire : 

L'histoire de M, de Yolande Zauberman et Sélim Nassib, Le Seuil (mars 2019) 

Play-list de l'émission : 

  • Nous sommes deux soeurs jumelles, Michel Legrand (1967)
  • Strawberry fields forever, The Beatles (1967) 
  • Barefoot in the park, James Blake/Rosalia (2019)

Les références du générique de l'émission : Le Temps est bon d’Isabelle Pierre remixé par Degiheugi

Les invités
Les références
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.