C’est un métier déconsidéré, méconnu aussi, parfois dangereux - l’une d’elle a été tuée en mai dernier dans le cadre de ses fonctions- celui des assistantes sociales. A Trappes, rencontre avec plusieurs d'entre elles, au quotidien marqué par la crise

À Trappes, les assistantes sociales sont débordées
À Trappes, les assistantes sociales sont débordées © Radio France / Mathilde Dehimi

L'espace territorial d'action sociale des Yvelines en plein centre-ville a reçu 5.000 personnes ces derniers dix-huit mois pour une population de 32.000 habitants. 

Le premier entretien est important, il faut arriver à établir un lien, « une alchimie » comme disent les assistantes sociales, avec les personnes accompagnées, malgré la barrière du masque et parfois de la langue. 

Il y a aussi le suivi des familles… Les assistantes sociales leur donnent des rendez-vous réguliers pour vérifier que les justificatifs demandés par la CAF ou Pôle Emploi, par exemple, ont bien été envoyés. Elles accompagnent aussi ceux qui ont du mal à gérer leur budget avec parfois des surprises comme avec cette dame reçue ce matin par Magalie…   

L'équipe
Thèmes associés