Comme d'autres secteurs de Bourgogne Franche-Comté, le Morvan souffre de la désindustrialisation, et l'économie peine à se reconvertir. "On est loin de tout" se désole l'ancienne déléguée syndicale de Dim.

Marie-Claudine Bouché-Pillon, conseillère municipale et Marie Leclercq, maire de Montsauche-les-Settons
Marie-Claudine Bouché-Pillon, conseillère municipale et Marie Leclercq, maire de Montsauche-les-Settons © Radio France / Antoine Giniaux

Les deux élues de Montsauche-les-Settons montrent leurs deux projets de construction sur la commune, pour accueillir des personnes âgées ou handicapées, et, tout aussi important, les "trois emplois et demi" que représente le premier et les six emplois qu'apportera le second. "On vise beaucoup les emplois à la personne, je pense que c'est ça l'avenir, on n'aura plus d'usines de production qui vont s'installer aussi loin" soupire Marie-Claudine Bouché-Pillon. La conseillère municipale a toutefois un nouvel espoir: "le télétravail, j'y crois aussi beaucoup".

Direction la commune voisine de Château-Chinon, où François Mitterrand fut élu maire en 1959. Michèle Herpin fut conductrice de machine chez Dim, jusqu'à la fermeture de l'usine en 2004.  Avec 600 employés à son apogée, "l'usine Dim faisait partie du patrimoine". Sa fermeture fut suivie par d'autres, du site de l'armée jusqu'aux commerces: "comme il n'y a plus de travail, les gens partent, ça s'est vidé petit à petit".

Château-Chinon compte moins de 2000 habitants, "un gros village" où les jeunes ne restent pas constate Michèle Herpin, aujourd'hui assistante familiale (famille d'accueil) pour le conseil général de la Nièvre. 

L'ancienne déléguée CFDT ne veut pas accabler la gauche: "ils ont fait ce qu'ils ont pu pour essayer de ramener des entreprises, mais l'endroit ne les intéressait pas pour s'installer, on est loin de tout quand même".

Michèle Herpin s'avoue néanmoins déçue, et ne sait pas encore pour qui elle va voter aux élections régionales et départementales des 20 et 27 juin. "ici il y a quand même beaucoup de gens qui n'ont pas travail, et certainement leur réaction comme au niveau national, c'est de penser que le RN va tout changer… Après, il ne faut pas se tromper, parce que ça peut être grave!"

L'équipe