Elle est la doyenne de la photographie humaniste française. Sabine Weiss, mise à l'honneur à Arles cette année, a immortalisé aussi bien les puissants que les pauvres, les célébrités que les anonymes, témoignant du quotidien d'une époque disparue.

Sabine Weiss
Sabine Weiss © Radio France / Vincent Josse

Bientôt centenaire, Sabine Weiss a dans ses armoires des milliers de photographies qui sont autant des témoignages merveilleux de beaucoup d'époques de ce siècle. Elle cva devoir tout classer car elle souhaite léguer toutes ses archives au Musée de l'Elysée de Lausanne.

Ce n'est pas sans fierté et sans malice qu'elle regarde son travail, se reconnaissant volontiers prétentieuse : 

"J'aime bien mon travail, parce qu'il a documenté beaucoup de choses, petites choses intéressantes. […] Je trouve que j'ai bien travaillé parce que ce qui reste, ce n'est pas les photographies d'une usine ou d'un lieu d'architecture, c'est les petites choses humaines et qui me touchent. "

Rétrospectivement, Sabine Weiss l'affirme : la photographie l'a rendue heureuse : 

"La photographie est un témoignage de ce qui se passe dans la vie. […] C'est un métier quand même formidable parce qu'on peut approcher vraiment les gens. Je suis peut-être très sentimentale dans le fond." 

Les invités
L'équipe