Detroit a été le berceau de l'automobile, avant de devenir le symbole d'une ville sinistrée. Judith Perrignon s'attache à retracer la vie d'un quartier que l'on appellerait en France HLM, inauguré par Eleonor Roosevelt dans les années 30, un progrès pour la population noire, avant son lent déclin.

Judith Perrignon
Judith Perrignon © AFP / MARCELLO MENCARINI / Leemage

C’est la 47ème édition du prix du Livre Inter, présidé cette année par Dany Laferrière. 24 jurés vont venir de toute la France, et même de l'étranger, pour délibérer à la Maison de la Radio le 6 juin prochain. En attendant le verdict, Le 13/14 vous propose de faire connaissance avec les 10 livres en lice cette année, et avec leurs auteurs. Chaque jour jusqu'au vendredi 4 juin, à 13h50, Eva Bettan vous fait découvrir l'un des auteurs de cette sélection 2021.

Là où nous dansions, par Judith Perrignon : "Detroit, c'est une grande ville, le berceau de l'automobile. Le quartier, c'est le Browster Douglas Project. Un project aux Etats-Unis c'est une cité HLM. Elle a été construite dans les années 30 en plein New Deal, après la crise de 29 qui avait vraiment mis le pays par terre. Et cette cité, elle a été construite pour les Afro américains. C'est la première fois que l'Etat fédéral finançait des logements décents pour la population noire américaine. Donc elle a représenté un espoir incroyable. Et c'est là que quinze, vingt, trente ans après, a germé une nouvelle génération qui a grandi là, qui a chanter. La Motown qui va apparaître. Ces musiciens, nombreux, sont le reflet de la légèreté qui s'emparait de cette génération qui pensait qu'elle allait vivre mieux que ses grands parents, que ses parents. Et pourtant, la ville va s'effondrer par des choix économiques, politiques, raciaux et ça n'en est que plus douloureux puisque ça a représenté autant d'espoir."

Thèmes associés