Une semaine en compagnie de Jean-Pierre Guéret, conservateur de la Réserve Naturelle de la Baie de l'Aiguillon. Episode 1 : Au port du Pavé, les moules de bouchot sous surveillance.

A Charron, le Port du pavé au matin
A Charron, le Port du pavé au matin © Radio France / Célia Quilleret

Une semaine avec Jean-Pierre Guéret, conservateur de la Réserve Nationale de la Baie de l’Aiguillon en Charente-Maritime. Ses missions sont multiples : surveillance, contrôle et actions d’amélioration de la qualité de l’eau. Un enjeu majeur car 2% seulement des cours d’eau du marais poitevin sont considérés comme en « bon état écologique ». Or la pureté des eaux et la qualité écologique de la réserve ont des conséquences bien au-delà de la réserve. C'est le cas par exemple de la production de moules, activité traditionnelle au port du Pavé. Si la réserve est polluée, les moules peuvent devenir impropres à la consommation.

La baie de l'Aiguilllon, c'est 5000 hectares dont 1100  de prés salés et une majorité de vasières. La réserve est gérée à la fois par l’OFB, office français de la biodiversité, et la LPO, la ligue de protection des oiseaux. 

Le conservateur de la Baie de l’Aiguillon a un rôle précieux dans toute la réserve jusqu’à la bonne santé des moules de bouchot élevées au port du Pavé à Charron, l'un des berceaux de l’élevage de moules de bouchot depuis le XIIIème siècle. Dans ce port mytilicole historique, la production de moules s’est développée dans les années 60, mais depuis les années 2000, elle connaît des épisodes de mortalité récurrents.

Aujourd’hui, sur le port, Jean-Pierre Guéret va à la rencontre de Yannick Marionneau, producteur de moules depuis trois générations.

Yannick Marionneau et Jean-Pierre Guéret au Port du Pavé
Yannick Marionneau et Jean-Pierre Guéret au Port du Pavé © Radio France / Célia Quilleret
L'équipe