Pour le dramaturge Olivier Py, Hamlet méritait bien un feuilleton, tant elle a suscité de commentaires et inspiré les philosophes. Il s'y attaque pendant tout le festival d'Avignon, avec "Hamlet à l'impératif", et une troupe qui mêle comédiens chevronnés et amateurs.

Dans les coulisses d'"Hamlet à l'impératif" au Festival d'Avignon
Dans les coulisses d'"Hamlet à l'impératif" au Festival d'Avignon © Radio France / Stéphane Capron

Pour sa dernière édition du Festival d'Avignon, Olivier Py a décidé de s'attaquer à un monument du théâtre : Hamlet de Shakespeare. Il en propose une lecture complètement renouvelée. Ayant retraduit le texte, il a choisi d'en faire une explication philosophique, pour faire découvrir aux spectateurs ce qu'en ont dit aussi bien Kant, que Wittgenstein ou Freud. 

Dans les coulisses des répétitions, dans l'oasis du jardin de la bibliothèque Ceccano, Olivier Py le dit lui-même : "J'aurais mis les petits plats dans les grands pour ce feuilleton".

Sur le plateau de cet "Hamlet à l'impératif" il a en effet réuni tant des comédiennes et comédiens professionnels, que des élèves sortant de l'ERAC, l'Ecole régionale d'acteurs de Cannes et Marseille, que des amateurs, qui viendront présenter le texte, sous la forme d'un feuilleton tous les jours, du 6 au 23 juillet, pour un spectacle gratuit et ouvert à tous les publics. 

Rencontre justement avec un de ces apprentis comédiens, Sébastien Weber, en dernière année à l'ERAC, qui découvre pour la première fois le Festival In. Il nous explique que le plus difficile dans ce spectacle est d'arriver à "être pédago-ludique", pour arriver à faire comprendre aux spectateurs la pensée complexe de grands penseurs. Mais aussi que ce qui fait la beauté du spectacle est justement son aspect "populaire", sa capacité à réunir des gens d'horizons très différents pour porter ce texte exigeant. 

L'équipe