Notre invité, ce soir, est passé par toutes les salles qui ont une scène, une fosse et des fauteuils. Le Théâtre du Châtelet, le festival international d'art lyrique d'Aix-en-Provence, La Scala de Milan et maintenant directeur général de l’Opéra de Paris : nous recevons Stéphane Lissner.

Stéphane Lissner, directeur général de l'Opéra national de Paris.
Stéphane Lissner, directeur général de l'Opéra national de Paris. © AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Il a la réputation d’être un travailleur acharné, d’avoir plusieurs idées à la minute : Stéphane Lissner, directeur général de l’Opéra de Paris, est notre invité. 

Depuis son entrée en fonction en 2014, Stéphane Lissner s’est employé à développer l’Opéra de Paris. L’ouverture d’une "Troisième scène" sur le web, des avant-premières pour les jeunes, le développement de l’Académie et un programme marquant : Netrebko, Castellucci, Kaufmann … 

J’essaye de convaincre le public d’oser. Je ne peux pas oser tout seul.

Cinquante ans de carrière

Fraîchement diplômé, en 1972, Stéphane Lissner crée le théâtre Mécanique dans une petite salle du VIIe arrondissement de Paris. 

D’abord commissaire général du centre dramatique d’Aubervilliers en 1977, il codirige celui de Nice en 1978.

Stéphane Lissner est nommé directeur général du Théâtre du Châtelet en 1988. Dix ans plus, la direction du Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence lui est confiée. Il y entreprend alors un chantier colossal. 

C’est avec les artistes que j’ai construit tout ça.

En 2006, il quitte ses fonctions et fait ses valises. Stéphane Lissner part pour Milan où il assurera le poste de directeur artistique du Teatro alla scala, la scala de Milan. 

En 2014, il revient en France pour y devenir directeur général de l’Opéra de Paris

Quel regard porte-t-il sur son parcours ? 

Quel avenir pour l’Opéra ? 

Comment se réinventer sans pour autant bouleverser une institution âgée de 350 ans ? 

Stephane Lissner est notre invité.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.