Thomas Lilti n'a cessé d'interroger la pratique de la médecine dans ses films et dans la série "Hippocrate. Avec « Le Serment », son premier livre, il raconte son retour comme bénévole à l’hôpital, en pleine crise du Covid, alors qu’il tournait la saison 2 de sa série.

Portrait de Thomas Lilti, médecin, réalisateur,  et auteur de "Le Serment" (Grasset).
Portrait de Thomas Lilti, médecin, réalisateur, et auteur de "Le Serment" (Grasset). © AFP / Miguel Medina

Dans le parcours de Thomas Lilti, les références à son orientation initiale vers la médecine ne sont jamais loin. Lorsqu’il décide de se tourner vers le cinéma, c’est à un film, puis à une série, tous deux nommés Hippocrate, qu’il donne le jour. C’est en plein tournage de la saison 2 d'"Hippocrate", dans un bâtiment désaffecté de l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois que le surprend la pandémie.

A l’annonce du confinement, il décide de reprendre du service dans le même hôpital, dont plusieurs personnels ont tourné pour lui. Après dix ans sans pratiquer, ce retour suscite des réflexions qu’il décide de partager dans un livre Le Serment, qui vient d'être publié aux éditions Grasset : sur la situation de l’hôpital d’abord, mais aussi sur l’éthique du médecin, et sur la pratique de la profession. Qu’est-ce qu’un bon médecin ? Comment le cinéma, mais aussi désormais la littérature, lui permettent-il de raconter l’hôpital ? Ce livre, c’est aussi un hommage aux soignants, qui se battent quotidiennement pour mener leur mission, et plus encore depuis le début de la pandémie.

Après des études de médecine, Thomas Lilti décide de se tourner vers le cinéma. Il s’est imposé avec des films comme Médecin de campagne (2016) ou Première année (2018) qui ont été salués par la critique. En 2015, il a obtenu sept nominations aux César pour Hippocrate. Au film a succédé la série du même nom dont la première saison a été unanimement saluée et a connu un record d’audience. En cours de tournage, la deuxième saison sera diffusée au printemps 2021 sur Canal plus. 

Également au programme de cette émission

  • Le mix de l’actualité, par Anne Cécile Perrin. Pour la première fois depuis bien longtemps, ce n’est pas le Covid qui a fait la une, mais l’hiver et la neige– du moins dans la moitié nord du pays.
  • Les Bonnes Ondes de Sandrine Oudin nous ramènent en Seine St Denis.

Au plus fort de la crise du Covid, quand la pauvreté a explosé avec le premier confinement, les initiatives solidaires se sont multipliées. L’association Mamama a été lancée par quatre femmes pour venir en aide aux mères précaires qui manquent de quoi nourrir et habiller leurs enfants.

Programmation musicale 

Yaël Naïm - Attendre

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.