Julia de Funès, docteure en philosophie est l'auteure de « Ce qui changerait tout, sans rien changer » (Editions de l’Observatoire). Elle porte avec nous un regard philosophique sur la situation actuelle et la crise sanitaire, et surtout sur ce qu'elles peuvent nous apprendre.

Julia de Funès, docteure en philosophie, essayiste, conférencière, essayiste, et, auteure de Ce qui changerait tout, sans rien changer (Editions de l’Observatoire), le 27 août 2020 à Paris.
Julia de Funès, docteure en philosophie, essayiste, conférencière, essayiste, et, auteure de Ce qui changerait tout, sans rien changer (Editions de l’Observatoire), le 27 août 2020 à Paris. © AFP / Daniel Pier / NurPhoto

Rien de tel que le regard d’une philosophe pour nous accompagner ce soir à l’heure où débutent les vacances de Noël pour bon nombre d’entre vous. L’année 2020 n’a ressemblé à rien de connu et nous a même plongés dans l’inconnu total. Mais le bilan de cette année noire est-il forcément négatif sur toute la ligne ? Pas si sûr, à en croire notre invitée Julia de Funès, pour qui les catastrophes ont aussi des vertus dans la mesure où elles facilitent les ruptures.

C’est en tout cas ce qu’elle écrivait il y a quelques mois déjà, après la première vague du Covid, dans Ce qui changerait tout sans rien changer(Editions de l'Observatoire). La crise semble avoir eu des bons côtés : la recherche médicale a progressé, le monde médical a mis de côté ses lourdeurs, globalement la crise sanitaire avait favorisé l'audace, le progrès et les ruptures. 

Seulement voilà : non seulement tout cela n'a duré qu'un temps et les vieilles habitudes sont revenus, mais en plus il n'y a pas eu que du bon. Pour Julia de Funès,"la lutte contre le Covid a déchainé la pulsion légalomaniaque française". Elle dénonce notamment un trop plein administratif, qui fait de la France le pays du laisser-passer : plus de 3 millions de contrôles lors de ce 2ème confinement, près de 300 000 PV, et avec bien sûr toutes les peines administratives qui vont avec. 

Julia de Funès revient avec nous également sur les transformations du monde du travail causées par la crise sanitaire, qui semble avoir posé une nouvelle cartographie des métiers, distinguant les métiers selon leur utilité et leur caractère essentiel ou non. Ce monde de l'entreprise elle le connaît bien, puisqu'elle est spécialiste en ressources humaines et a travaillé 5 ans le recrutement : une expérience qui l'a confrontée au "non sens absolu" et qu'elle raconte dans La vie de bureau ou Comment je suis tombée en Absurdie.

Aussi au sommaire de cette émission

  • Les bonnes ondes, par Sandrine Oudin : le cri du coeur d'une patronne de bar qui rêve de retrouver ses clients. Jeannine Brunet, surnommée Mère Lapipe, tient le Café du coin au Mans. L'interdiction d’ouvrir est un crève-cœur pour les habitués, mais aussi pour elle qui est veuve et dont le fils est décédé.
  • Le mix de l'actualité : le résumé sonore de l'actualité de la semaine 

Programmation musicale

  • Yaël NAÏM - Attendre
Les invités
  • Julia de FunèsDocteure en philosophe et spécialiste en management et ressources humaines
Programmation musicale
L'équipe