Notre invité est le grand architecte et urbaniste Christian de Portzamparc. Il a recomposé de nombreux quartiers de métropoles françaises et étrangères et a réalisé de nombreux bâtiments culturels à travers le monde. La galerie Kamel Mennour lui consacre jusqu'au 18 janvier une exposition personnelle : Illuminations.

L'architecte Christian de Portzamparc pendant une conférence de presse à Tokyo le 22 octobre 2018.
L'architecte Christian de Portzamparc pendant une conférence de presse à Tokyo le 22 octobre 2018. © AFP / Behrouz MEHRI

Christian de Portzamparc est le premier lauréat français du prix Pritzker d’architecture en 1994. Son style imaginatif est reconnu pour ses qualités originales : des formes audacieuses, une démarche artistique et sa créativité de peintre aquarelliste. Il est tout particulièrement réputé pour ses réalisations de salles de concert et sa vision urbanistique.

Il étudie l’architecture à l’École nationale des beaux-arts de Paris. Il part vivre à New York en 1966 où il côtoie la communauté artistique, avant d’obtenir son diplôme de l’École des beaux-arts en 1969. Il établit l’Atelier Christian de Portzamparc en 1980 et lance alors sa carrière d’architecte.

Attiré dès l’enfance par la peinture et la sculpture, c’est plus tard qu’il commencera à s’intéresser à l’architecture. Il commence à se faire connaître à travers son travail sur l’ensemble immobilier des Hautes Formes (1979) dans le 13 ème arrondissement    à Paris, et devient célèbre avec la construction de la Cité de la Musique (1995), un projet de grande envergure initié par François Mitterrand, comprenant des salles de concert de différentes capacités, un musée de la Musique et des unités de logement.

Parmi ses oeuvres majeures comptent notamment Nexus II (1991), un complexe résidentiel à Fukuoka, la Philharmonie Luxembourg (2005), salle de concert où l’Orchestre philharmonique du Luxembourg est accueilli en résidence permanente, et l’Ambassade de France à Berlin (2003), projet qu’il réalise avec sa femme, Élizabeth de Portzamparc. 

À New York, après la Tour LVMH (1999) sur la 57e rue, il crée une tour résidentielle sur Park Avenue. Achevée en 2014, avec ses trois cents mètres de haut, la Tour One57 à New York accueille un hôtel de luxe sur ses vingt premiers étages, ainsi que 130 appartements de grand luxe offrant des vues imprenables sur Central Park et le « skyline » de la ville.

L’architecte crée le Musée Hergé (2009) à Louvain-la-Neuve, la Cité des Arts (2013), un complexe culturel à Rio de Janeiro, et Paris La Défense Arena (2017), un stade couvert à Nanterre. 

Il travaille actuellement sur de vastes projets ayant remporté des compétitions dédiées à la culture : au Maroc, le Grand Théâtre de Casablanca, qui viendra transformer la grande place historique de la ville, et dont la livraison est prévue en 2020 ; et deux projets de grande envergure en Chine : le Centre Culturel de Suzhou et un Opéra pour Shanghai, qui l’un et l’autre doivent être achevés à l'automne 2020. 

Christian de Portzamparc n’a jamais séparé architecture et urbanisme : construire un quartier est pour lui une mission fondamentale. Il a renouvelé la vision de la structure urbaine à travers une méthode de conception qu’il a nommée « îlot ouvert » et qu’il a mise en pratique dans le quartier Masséna à Paris. Le concept est aujourd’hui utilisé dans de nombreux projets de développement urbains.

Le 23 octobre 2018 à Tokyo , l’architecte a reçu le prix du Praemium Imperiale dans la catégorie « architecture », distinction prestigieuse rendant hommage à l’ensemble de son travail, de ses réalisations à travers le monde.

Il expose des peintures et des dessins à la Galerie Kamel Mennour à Paris.  L'exposition s'appelle "Illuminations" et se poursuit jusqu'au 18 janvier. 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.