Au menu ce soir : Serge Klarsfeld revient, avec son fils Arno Klarsfeld, sur le combat de sa vie ainsi que celui de son épouse en faveur des victimes de la Shoah ; également un retour sur l’actualité de la semaine ; et Sandrine Oudin nous emmène à la rencontre de familles volontaires pour accueillir nos aînés.

« Je n’aurais pas pu mener ce combat sans Beate et inversement. Nous avons toujours tout fait ensemble. Nous sommes des époux siamois. » Serge Klarsfeld

Cinquante ans après la gifle administrée par Beate Klarsfeld au chancelier ouest-allemand Kurt Georg Kiesinger et quarante ans après la publication par Serge Klarsfeld du Mémorial de la déportation des Juifs de France, le Mémorial de la Shoah consacre une exposition à l’œuvre du couple Klarsfeld, Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire (1968-1978).

La décennie 1968-1978 marque un nouveau tournant dans la mémoire de la Shoah en Europe et dans le monde, dans un contexte de grands bouleversements politiques, sociaux et culturels. 

Les actions menées par Beate et Serge Klarsfeld en faveur des victimes de la Shoah, contre l’impunité d’anciens responsables de la Solution finale et contre l’antisémitisme, a donc contribué à changer le regard porté sur le nazisme et le génocide des Juifs. 

Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire (1968-1978), on en parle avec Serge Klarsfeld et son fils, Arno Klarsfeld. 

Au programme, aussi, ce soir :

  • Retour sur l’actualité de la semaine.
  • Sandrine Oudin revient sur la perte d’autonomie de nos aînés et la délicate question de leur devenir quand ils ne peuvent plus rester chez eux. Il existe une solution séduisante par son humanité. Ce sont deux jeunes parisiennes qui l’ont lancé, il y a deux ans : l’accueil de votre vieille maman ou vieux papa par des familles volontaires. Cette solution vous séduit ? www.cettefamille.com.
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.