L'écrivaine Fatou Diome publie, en cette rentrée littéraire 2019, « Les Veilleurs de Sangomar », aux éditions Albin Michel. Après « Marianne porte plainte ! », un essai critique sur la notion d'identité nationale, l'autrice revient au roman et s'intéresse à la catastrophe du naufrage du Joola, au Sénégal en 2002.

Fatou Diome, écrivaine, auteure de « Les Veilleurs de Sangomar » (Albin Michel)
Fatou Diome, écrivaine, auteure de « Les Veilleurs de Sangomar » (Albin Michel) © AFP / NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG / BELGA

Fatou Diome est née en 1968 à Niodior, au Sénégal. Arrivée en France en 1994 et installée depuis lors à Strasbourg, elle y étudie les lettres et la philosophie avant de se diriger vers l'enseignement. Depuis 2001, elle se consacre à l'écriture. On lui doit notamment le très remarqué Le Ventre de l'Atlantique, premier roman, publié aux éditions Anne Carrière, qui lui apportera une renommée internationale. est une femme de lettres franco-sénégalaise.

En cette rentrée littéraire 2019, elle publie chez Albin Michel un nouveau roman, Les Veilleurs de Sangomar. Un livre qui aborde la douloureuse question de l’absence, quand l’être aimé a été arraché à la vie… Pour ce nouveau livre, les disparus auxquels Fatou Diome rend un ultime hommage, ont sombré avec le Joola, ce bateau qui a fait naufrage au large du Sénégal en 2002. 2000 morts, 65 rescapés.

L’absence de l’être aimé est un thème universel que l’on n’aborde pas forcément de la même façon selon l’endroit d’où l’on vient, selon les croyances qui vous accompagnent. C'est, entre autres choses, l'une des thématiques abordées avec Fatou Diome dans ce nouveau numéro d'Une semaine en France.

l'actualité de la semaine

Comme chaque semaine, le vendredi est l'occasion de revenir sur l'actualité de ces cinq derniers jours. Au lendemain de la mort de Jacques Chirac, Une semaine en France participe aux hommages rendus à l'ancien Président de la République. Fatou Diome avait eu l'occasion d'accompagner Jacques Chirac lors d'un voyage en Afrique. Elle raconte à son propos : 

Chirac, c'était une présence, un sourire, une allure. Et quelqu'un qui avait une vraie connaissance profonde de l'Afrique, une passion qui contaminait tout le monde.

Jacques Chirac et l'Afrique sont également au programme avec l'intervention par téléphone de l'ancien ministre de la Culture Jean Jacques Aillagon.

Exceptionnellement, ce vendredi, Une semaine en France n'est pas en mesure de proposer Les Bonnes Ondes de Sandrine Oudin. Nous vous proposons, à la place, un reportage de Benjamin Illy à Chamboulive en Corrèze, dans le canton de Sarran, fief des Chirac.

Programmation musicale

Rachid Taha, "Je suis africain", extrait de l'album Je suis africain

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.