Une semaine de crise sanitaire et sécuritiaire : le terrorisme islamiste qui nous frappe une nouvelle fois hier, et un nouveau confinement pour freiner l'épidémie de Covid 19. Analyse avec nos invités.

Portrait d’Henri Guaino, haut fonctionnaire et homme politique en 2019.
Portrait d’Henri Guaino, haut fonctionnaire et homme politique en 2019. © AFP / DRFP / Leemage

Pourquoi se moquer des religions enflamme t-il les esprits jusqu'au fanatisme assassin ? avec Philippe Val et Isabelle de Gaulmyn

Certains disent que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Cinq ans après les attentats de Janvier 2015, rien n'a changé : le procès Charlie à Paris, Charlie qui republie les caricatures de Mahomet, et immédiatement, des menaces djihadistes et un déchaînement anti-caricature sur les réseaux sociaux, des tueurs qui frappent près des anciens locaux du magazine, puis un enseignant, et hier enfin des fidèles catholiques. Pourquoi rien n'a changé ?

Nous sommes en guerre. Ce n'est pas une guerre contre une religion mais contre une idéologie. Quand a commencé cette guerre ? Avons-nous réagi trop tard ? A droite, des responsables disent qu'il faut une législation de guerre - modifier la Constitution pour mener la guerre, dit le maire de Nice Christian Estrosi. Le député LR des Alpes Maritimes Eric Ciotti exige quant à lui un "Guantánamo à la française" pour les plus dangereux, une rétention administrative de ceux qui sont fichés. La droite veut également durcir la lutte contre l'immigration.

Il n'aime pas les caricatures de Mahomet mais il les défend au nom du principe de la liberté d'expression, expliquait ce matin Bruno Lemaire, Ministre de l'Economie. Aussi, une question se pose : n'est-il pas ambigu de sous-entendre que les caricatures ne doivent pas aller trop loin ? Le devoir de fraternité nous impose t-il à tous de renoncer à certains droits pour que la fraternité règne dans notre pays ? 

Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo - il a publié les caricatures de Mahomet en 2006, et il vit maintenant sous haute protection policière - et Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef au quotidien La Croix, répondent aux questions de Pierre Weill.

Nos dirigeants sont-ils à la hauteur des crises que nous affrontons ? avec Henri Guaino

Il a été Commissaire général du Plan, conseiller de Philippe Seguin et a fait campagne à ses côtés pour le non au traité de Maastricht. Inspirateur de la campagne de Jacques Chirac sur la fracture sociale en 1995, il fut l'un des plus proches conseiller de Nicolas Sarkozy pendant sa présidence, puis député des Yvelines de 2012 et 2017. Henri Guaino a la nostalgie du fondateur de la Vème République, et il s'interroge dans un livre qui vient de paraître, De Gaulle, le nom de tout ce qui nous manque, paru aux éditions du Rocher : nos dirigeants sont-ils à la hauteur des crises que nous affrontons ? Un livre qui analyse l'écho que rencontre encore aujourd'hui l'ancien chef de la France libre. En quoi les idées de l'Etat, de la Nation et de la République que De Gaulle a défendu sont-elles mises à mal aujourd'hui selon Henri Guaino ? Les crises actuelles ressuscitent-elles un besoin de gaullisme ? 

Les invités
Programmation musicale
L'équipe