Cyril
Cyril © Radio France / Aurélie Charon

Une série française - fait parler les jeunes françaises et français, et leurs combats. Souvent, il y a l’envie de ne pas céder aux vieux schémas de vie et de pensée, le désir d’inventer sa façon, et ne pas forcément être paysan comme ses parents, avoir une famille comme ses parents, avoir une maison comme ses parents et beaucoup d’enfants. La façon de travailler change, la façon de voir la famille change, et les manières de résister aussi. Souvent il y a la sensation que l’Etat est lent à suivre la société, ou même freine certaines avancées. Certains se sont sentis attaqués, ont dit : Je suis Rémi Fraisse, le jeune homme tué par des violences policières à Sivens. Nous dans l’Ouest de la France, on part du côté de Nantes, Notre dame des landes et la Roche Sur Yon. Cyril a repris la ferme de ses parents - il a découvert la lutte des zadistes, ceux qui résistent au projet d’aéroport à Notre dame des Landes et s’est engagé. Margaux, elle, a quitté la vie toute tracée pour s’installer sur la zone. Lora, je l’avais rencontrée à Moscou il y a un an, mais la vie toute tracée ce n’est pas non plus ce qu’elle aime, un an plus tard elle habite en France et s’est mariée avec Elisa, ce que le mariage pour tous lui a permis.

Cyril, Savenay, près de Notre Dame des Landes

Cyril et ses vaches
Cyril et ses vaches © Radio France / Aurélie Charon

Moment préféré : la traite des vaches du matin + les réunions de la ZAD

Sur son t-shirt :le terrorisme d’état ne passera pas

Cyril a décidé de reprendre la ferme de ses parents, avec sa sœur, il est la cinquième génération de la famille à être paysan. Mais ce n’est pas pour ça qu’il ne remet pas en cause ce qui existe, même si ce n’est pas évident de père en fils de casser certaines habitudes… Il fait du lait mais aussi du fromage, et a ouvert un magasin en vente directe. A quelques kilomètres de la ferme il y a Notre dames des landes. Il s’est engagé depuis 4 ans, avec la ZAD (zone à défendre) contre le projet d’aéroport qui mangerait les terres. Quand j’arrive à la gare, je remarque son t shirt rouge, avec inscrit « le terrorisme d’état ne passera pas ». Dans la ferme Cyril et sa sœur ont 45 vaches laitières et une centaine d’animaux… Sur le frigo il y a des autocollants : Nous ne voulons pas l’aéroport parce que nous avons les pieds sur terre ou encore:si le monde n’a absolument aucun sens qu’est ce qui nous empêche d’en inventer un ? Après les expulsions, Cyril a accueilli sur son terrain des zadistes, qui sont restés plusieurs années

Cyril m’emmène à Notre Dame des landes…

__

Notre Dame des Landes
Notre Dame des Landes © Radio France / Aurélie Charon

Dans les champs, je croise un groupe et une fille : Margaux, 25 ans , turban dans les cheveux, cela fait un peu plus d’un an qu’elle est installée, elle a quitté Nantes, elle a découvert la ZAD à quelques kilomètres de chez elle, en 2012, interpellée par les violences policières. Quand j’arrive, le groupe est en train de préparer une culture de poireaux, en plein après-midi malgré la chaleur, ils occupent le terrain mais le font vivre aussi, l’entretiennent, y ont inventé leur nouvelle vie… Dur de savoir combien ils sont sur la zone, ils disent peut être 150… et l’été, il y a des visiteurs, des curieux de cette vie nouvelle.

Eleonora (Lora) et Elisa, La Roche sur Yon

Lora et Elisa
Lora et Elisa © Radio France / Aurélie Charon

Leur point commun : des parents qui ont cru au communisme, à Cuba et en URSS

Leur mariage : printemps 2015

Il y a un an, Lora ne parlait pas un mot de Français, je l’avais rencontrée à Moscou pour la série de l’été dernier, elle a … disons deux "particularités" qui ne sont pas forcément faciles à vivre en Russie : elle est métisse, son père est d’origine sénégalaise, et elle est homosexuelle, elle se battait pour son projet de film autour d’un couple de femmes. Et elle m’avait dit, je suis tombée amoureuse d’une française…

Un an plus tard elle vit à la Roche sur Yon en France avec Elisa, interprète en langue des signes,… elles se sont mariées au printemps dernier… Le père d’Elisa était un militant, révolutionnaire qui s’est battu contre Pinochet, engagée jusqu’à ce qu’elle ait 4 ans à Cuba, avant de tout quitter et de venir vivre en Europe, toutes les deux revenues d’un système communiste, mais toutes les deux dans la bataille.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.