Ce n'est pas une fois qu'on a les pieds dans l'eau qu'on trouve une solution.

Dominique Voynet, ancienne ministre de l'Environnement

Paris sous l'eau lors de la crue de la Seine en 1910
Paris sous l'eau lors de la crue de la Seine en 1910 © cc, Wikimedia

Un jour, la Seine débordera de son lit, comme elle l'a fait en 1910. Malgré les progrès des sciences et des techniques, une telle inondation est inéluctable. Quand se produira-t-elle ? Nous l'ignorons. Nous savons en revanche qu'elle aura des retombées désastreuses, infiniment plus graves qu'il y a un siècle. Elle provoquera des dommages considérables et risquera de paralyser la vie économique de la région capitale, centre névralgique du pays.À de multiples échelles et de multiples niveaux, de l'Élysée à la RATP en passant par les sièges sociaux de La Défense, un réseau d'acteurs tente de se tenir prêt pour la « crue du siècle ». Cependant, la Ville lumière, l'Île-de-France et leurs 10 millions d'habitants sont plus vulnérables aujourd'hui qu'il y a un siècle. Pourquoi ? Que nous dit l'impréparation de la société civile sur nos aspirations à la sécurité, notre rapport à la nature ou le développement actuel des métropoles mondialisées ?

chronique(s)

La chronique de Mathieu Nowak, en partenariat avec Sciences et Avenir

Le futur est-il certain ? Peut-on retourner dans le futur ? Le temps pourrait-il s’arrêter ? La notion de temps est une mine de paradoxes. Et si elle est aujourd’hui indispensable aux physiciens, il n’est pas impossible qu’ils s’en débarrassent dans le futur.

Les liens

Préfecture de police Depuis sa création en 1800, la préfecture de police (PP), dont le siège se trouve à Paris, au cœur de l’Île de la Cité, est une administration unique en France, riche de près de 46 000 agents, dont quelque 30 000 policiers et 8 000 sapeurs-pompiers.

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.