Very Good Trip accueille un jeune homme de vingt-deux ans qui, un soir d’automne 1963, a annoncé, sur une scène new-yorkaise qu’une nouvelle génération arrivait et qu’elle allait tout renverser sur son passage. Et, curieusement, il l’a fait sur un rythme de valse.

Joan Baez et Bob Dylan sur scène au Newport Folk Festival, Rhode Island, 1963.
Joan Baez et Bob Dylan sur scène au Newport Folk Festival, Rhode Island, 1963. © Getty / Rowland Scherman

Les applaudissements du public de Carnegie Hall, où Bob Dylan, armé de sa seule guitare sèche et de son porte-harmonica, chantait le soir du 26 octobre 1963, à peine un mois avant l’assassinat du président Kennedy. 

Dylan n’a alors que 22 ans. Pour commencer son récital, il interprète cette chanson que personne n’a encore entendue, « The Times They Are a Changin’ », les temps sont en train de changer, une façon de dire qu’une révolution est en marche et que ceux qui, face à elle, restent sourds et aveugles vont être balayés par le vent de l’histoire. 

L’ambiance, vous l’avez entendu, est à la ferveur et au recueillement. Le Carnegie Hall est un prestigieux théâtre situé au cœur de New York où, pour l’essentiel, étaient et sont encore programmés des concerts de musique classique. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Deux ans auparavant, le 4 novembre 1961, un Bob Dylan à peine connu y avait fait sa première apparition. Des débuts bien modestes dans le plus petit des trois auditoriums du lieu. Il ne s’était présenté qu’une cinquantaine de personnes. 

Mais cette fois, il est sur la grande scène de Carnegie Hall, qui contient environ trois mille cinq cent personnes, là où se sont produits, quelques mois auparavant, Ray Charles ou encore Charles Aznavour. 

Un renversement de situation spectaculaire. Et très inattendu. Parce qu’en fait le grand public ne connaît encore que très peu la voix de Bob Dylan. En revanche, sa chanson, « Blowin’ on the Wind », est sur toutes les lèvres. Un paradoxe qui s’explique très simplement.

Bob Dylan : 

  • « The Times They Are-a-Changin’ - Live at Carnegie Hall, New York, NY - October 1963 » extrait de l’album « Bob Dylan Live at Carnegie Hall » 
  • « Masters of War » extrait de l’album « The Freewheelin’ Bob Dylan » 
  • « Ballad of Hollis Brown Live at Carnegie Hall, New York, NY - October 1963 » extrait de l’album « Bob Dylan Live at Carnegie Hall » 
  • « Corrina, Corrina » extrait de l’album « The Freewheelin’ Bob Dylan » 
  • « When the Ship Comes In » extrait de l’album « The Times They Are-a-Changin’ » 
  • « Seven Curses - Studio Outtake - 1963 » extrait de l’album « The Bootleg Series Volumes 1-3 (Rare and Unreleased) 1961-1991 » 
  • Bob Dylan & Joan Baez : « With God on Our Side - Live at Philharmonic Hall, New York NY - October 1964 » 
  • « Spanish Harlem Incident » extrait de l’album « Another Side of Bob Dylan » 
  • « Eternal Circle - Studio Outtake -1963 » extrait de l’album « The Bootleg Series Volumes 1-3 (Rare and Unreleased) 1961-1991 » 
  • « My Back Pages » extrait de l’album « Another Side of Bob Dylan » 
  • « It Ain’t Me Babe » extrait de l’album « Another Side of Bob Dylan » 
L'équipe
Thèmes associés