Nous voilà presque parvenus au terme de notre voyage dans Very Good Trip avec Bob Dylan qui a vécu une étrange résurrection musicale et "magique".

Le chanteur, auteur-compositeur et musicien Bob Dylan en concert en 1978.
Le chanteur, auteur-compositeur et musicien Bob Dylan en concert en 1978. © Getty / Michael Ochs Archives/Getty Images

« Everything Is Broken », eh oui, tout est cassé, brisé, rompu : la vaisselle, les téléphones, les sommiers, mais aussi les traités, les lois,  les serments, c’est ce que chantait Bob Dylan en 1989 dans un album intitulé Oh Mercy, Oh miséricorde. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un album qui a fait crier certains au génie retrouvé, ceux-là mêmes qui, dans les années quatre-vingt, l’avaient enterré une fois pour toutes. Parce que, d’une certaine façon, quelque chose, chez Bob Dylan, aussi, s’était brisé : disons son ressort artistique. Lui-même l’a admis. Il a écrit sur ce sujet des pages d’une rare franchise dans son livre de mémoires, paru en 2004, Chronicles Volume One, Chroniques, volume 1

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Il consacre un long chapitre, passionnant, aux coulisses de l’album Oh Mercy, qui a représenté pour lui, sinon une renaissance, du moins le début d’un nouveau voyage. Voici comment Bob Dylan décrit son était d’esprit au début de l’année 1987. Il s’est cassé un os de la main lors d’un accident à la maison, il ne peut ni jouer de guitare ni peindre, une activité qu’il a toujours menée parallèlement. Il admet que, lors de ses concerts, il n’y était plus tout à fait. Il se sentait même à sec, puisque, comme il le dit drôlement, le whisky était sorti de la bouteille. Bien des fois, écrit Bob Dylan, "alors que j’étais sur le point d’entrer sur scène, je me disais que j’avais trahi ma promesse envers moi-même". Il a des images à la fois drôles et cruelles pour décrire cette situation, je cite : 

Je me sentais fini, une ruine vide et calcinée, un troubadour des années soixante, une relique du temps passé, oublié dans un puits sans fond, un vieil acteur titubant entre les poubelles à l’extérieur du théâtre de ses anciennes gloires. Quelqu’un, en moi, n’était plus là et il me fallait le retrouver ». 

Bob Dylan raconte, d’une façon très terre à terre, comment il a retrouvé ce chemin vers lui-même.

Bob Dylan : 

  • « Everything Is Broken » extrait de l’album « Oh Mercy » 
  • « Ring Them Bells » extrait de l’album « Oh Mercy »
  • « Man in the Long Black Coat » extrait de l’album « Oh Mercy » 
  • « God Knows » extrait de l’album « Under the Red Sky » 
  • « 2 x 2 » extrait de l’album « Under the Red Sky »
  • « You Belong to Me » extrait de l’album Artistes divers « Natural Born Killers, a Soundtrack from an Oliver Stone Film » 
  • « Blood in My Eyes » extrait de l’album « World Gone Wrong » 
  • « Not Dark Yet »  extrait de l’album « Time Out of Mind » 
  • « Make You Feel My Love » extrait de l’album « Time Out of Mind »  
  • « Things Have Changed - Single Version » extrait de l’album « Side Tracks » 
Thèmes associés