Tout ce que vous avez voulu savoir sur Elvis Costello sans jamais avoir osé le demander, c'est Michka Assayas qui le fait !

Elvis Costello à Toronto, en Ontario, le 12 septembre 2017.
Elvis Costello à Toronto, en Ontario, le 12 septembre 2017. © AFP / Geoff Robins

"(...)il y aurait bien des façons d’aborder l’œuvre considérable d’Elvis Costello, qui a abordé à peu près tous les styles de la musique populaire, du rock’n’roll à la musique symphonique, en passant par le jazz et le hip-hop, on y reviendra. Au point que beaucoup y ont perdu leur latin. Mais enfin tout cela ne doit pas faire oublier qu’Elvis Costello est un des chanteurs les plus personnels et touchants à être apparus au cours de ces quarante dernières années, au point que beaucoup ont souvent coincé en l’écoutant, c’était déjà le cas avec Bob Dylan. Sa voix chevrote, parfois elle force ou elle racle ou bien elle murmure, elle insinue, elle roucoule mais avec quelque chose de malsain et d’étrange. Elle est unique. Il y a quelque chose de profondément humain, de parfois impudique et en même temps de toujours intelligent, comme chez un  grand comédien. Et qui peut gêner, c’est sûr. Il y a quelque chose de Brel chez Costello et, bien sûr, le problème c’est qu’en France, l’anglais est pour beaucoup une barrière infranchissable. Ce soir, je vous propose d’aborder Elvis Costello par sa face crooner. Vous le savez peut-être, un de ses rares succès en France est la reprise d’une chanson qui s’appelle « She », que Charles Aznavour avait composée et créée, en anglais, en 1974. C’était en 1999 pour la BO du film Coup de foudre à Notting Hill, avec Julia Roberts et Hugh Grant. Quelques années auparavant, Costello avait publié un album qui s’appelait Kojak Variety, où il avait des chansons d’artistes qu’il admirait. Il y a repris merveilleusement une chanson de Bob Dylan, pas une des plus connues mais sans doute des plus belles, « I Threw It All Away ». Dylan l’avait enregistré pour son album country de 1969, « Nashville Skyline ». La façon dont Costello fait vivre cette chanson où un homme s’accuse d’avoir gâché un grand amour par sa propre faute, par égoïsme et par désinvolture, est d’une vérité presque gênante.(...)"

Elvis Costello & the Attractions : « Shabby Doll » extrait de l’album « Imperial Bedroom » 

Elvis Costello : 

  • « I Threw It All Away » extrait de l’album « Kojak Variety » 
  • « Heathen Town » extrait de l’album « Out of Our Idiot » 

Elvis Costello & the Attractions : « Inch by Inch » extrait de l’album « Goodbye Cruel World » 

Elvis Costello : « So Like Candy » extrait de l’album « Mighty Like a Rose » 

Elvis Costello & the Attractions : 

  • « New Amsterdam » extrait de l’album « Get Happy!! » 
  • « Watch Your Step » extrait de l’album « Trust » 

Bajofondo : « Fairly Right (featuring Elvis Costello) » extrait de l’album « Pide Piso » 

Elvis Costello and the Roots : « CINCO Minutos con vos » extrait de l’album « Wise Up Ghost and Other Songs » 

Elvis Costello & the Attractions : 

  • « Almost Blue » extrait de l’album « Imperial Bedroom »
  • « Love for Sale » extrait de l’album « Trust (édition augmentée) »

Elvis Costello : « My Funny Valentine » extrait de l’album « Taking Liberties » 

Bibliographie : 

  • "Musique infidèle et encre sympathique" d' Elvis Costello, traduit de l'anglais par Valéry Lameignère aux Editions Fayard. 
  • "En studio avec les Beatles : les mémoires de leur ingénieur du son" de Geoff Emerick, et Howard Massey. Introduction d'Elvis Costello. Traduction de Philippe Paringaux aux Editions Le mot et le reste 
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.