Very Good Trip vous emmène dans une drôle de caravane qui avance dans le désert, pas dans le désert d’Arabie, non, mais dans celui de l’Arizona. Des chevaux, bien sûr, plutôt que des dromadaires mais ça ondule et les drôles de bédouins qu’on voit au loin n’ont pas l’air bien sûr.

Gabriel Sullivan et Brian Lopez, du groupe XIXA dans leur clip "Eclipse".
Gabriel Sullivan et Brian Lopez, du groupe XIXA dans leur clip "Eclipse". © Capture d'écran/YouTube/Site officiel XIXA

XIXA, c’est le nom du groupe qu’on vient d’entendre, évoque des images de western crépusculaire, il y a le vent du désert, le soleil brûlant, des squelettes épars de malheureux morts de soif, il y a quelque chose de sinistre et en même temps une sensualité vénéneuse dans cette chanson, « Genesis of Gaea », ces hommes qui ont traversé le désert sont prêts, dirait-on, à faire un massacre ou bien une orgie de sexe et d’alcool ça peut, après tout, pencher d’un côté comme de de l’autre. 

Bon, je me calme, mais après tout, la musique, parfois, c’est ça, une drogue en vente libre qui peut vous faire faire de drôles de visions. Chicha, ça s’écrit XIXA. C’est d’abord un style qui s’apparente à la cumbia colombienne et qui s’est développé au Pérou. Mais c’est aussi le nom d’un groupe fondé à Tucson par deux jeunes musiciens, Brian Lopez et Gabriel Sullivan, qui font aujourd’hui partie du dernier avatar d’un groupe légendaire né à Tucson, dans l’Arizona, Giant Sand. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans Chicha, il y a un mélange curieux dans la rythmique, déjà : il y a un batteur de metal qui voisine avec un joueur de timbales cubaines, qui n’a jamais entendu parler de Led Zeppelin. Il y a du psychédélisme ainsi qu’une certaine pulsation africaine. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans son album précédent, sorti en 2018, Xixa avait d’ailleurs invité pour un titre Abderhaman, le guitariste du groupe de nomades du désert nord-africain Tinariwen. 

Cette fois, ils ont invité un autre groupe touareg, Imarhan, mais enfin il y aussi une chorale d’enfants du Groenland, de passage dans l’Arizona. Il y a toujours un moment où toutes les étendues désertiques finissent par se ressembler. 

XIXA, c’est, pour commencer, l’association de deux chanteurs très différents. Celui qu’on vient d’entendre, Gabriel Sullivan, une voix rocailleuse, à l’âpreté menaçante. Elle évoque beaucoup celle d’un des pères fondateurs du grunge, Mark Lanegan. Et puis celle de Brian Lopez, plus haute, on pense parfois à Vince Neff, le chanteur du groupe écossais Django Django. 

Le nouvel album de XIXA s’appelle « Genesis » et le groupe l’a enregistré à un studio, modeste mais puissant, comme il se décrit, situé dans la ville de Tucson au nom très évocateur, Dust and Stone, poussière et pierre. 

Musicalement, c’est une exploration très libre de divers rythmes et sonorités de styles latino-américains, cumbia et plein d’autres, honnêtement c’est un domaine que je ne maîtrise pas du tout, le tout étant lié par une sorte de transe psychédélique moderne, où l’électro a sa place. Mais c’est surtout l’intensité des voix, comme fiévreuses, à demi-lucides, de Gabriel Sullivan et Brian Lopez, qui emporte le morceau. Disons qu’il règne par là-dessus un climat menaçant, certains emploient même l’adjectif gothique, admettons, mais tout ça baigne dans une sorte de suavité, de douceur vénéneuse qui rend la menace peut-être encore plus inquiétante. 

  • XIXA : « Genesis of Gaea » extrait de l’album « Genesis » 
  • Rodrigo y Gabriela : « Mettavolution » extrait de l’album « Mettavolution » 
  • Frente Cumbiero : « Jaley Jaley » extrait de l’album « Cera Perdida » 
  • Romperayo : « Que Jue ? » extrait de l’album « Que Jue ? » 
  • Tropa Magica : « Chalino y Sus 7 Balazos » extrait de l’album « Recámara » 
  • Calexico : « Heart of Downtown » (featuring Bombino) extrait de l’album « Seasonal Shift » 
  • Los Espiritus : « Todo Bien » EP « La Antillana : Sancocho Stereo, Capítulo 3 » 
  • Los Pirañas : « Todos tenemos hogar » extrait de l’album « Historia Natural » 
  • Califato 3/4 : « Buleríâ del aire acondiçionao - Versión Maxi » (featuring Miguelito García) extrait de l’album « Puerta de la Cânne » 
  • Edu Requejo : « Sólo Lo Soñe » single 
  • Hinds : « Come Back and Love Me < 3 » extrait de l’album « The Prettiest Curse » 
  • Néboa : « Coidar dunhas Colmeas » extrait de l’album « A Realidade Enganosa » 
L'équipe
Thèmes associés