Toute cette semaine, Michka Assayas vous a emmené dans l'univers d'une légende du rock, et bien sûr, comme il y est, il y reste !

The Byrds avec de gauche à droite : Chris Hillman, David Crosby, Mike Clark, Jim McGuinn et Gene Clark en août 1965.
The Byrds avec de gauche à droite : Chris Hillman, David Crosby, Mike Clark, Jim McGuinn et Gene Clark en août 1965. © Getty / Collection Hulton-Deutsch/Corbis

Si vous êtes des fidèles de Very Good Trip, en tout cas si vous nous avez écouté cette semaine sur France Inter, vous avez sûrement reconnu la voix et le style de notre héros de la semaine, le toujours vert David Crosby. Cette chanson, « In My Dreams », est celle par laquelle il a commencé, tout en douceur et en retenue, son concert de l’Olympia il y a un mois et demi, j’y étais. 

C’est une des deux qu’il a composées et interprétées pour ce qu’on présentait en 1977, l’année punk, comme on dit, comme le grand album de retour de Crosby, Stills and Nash, un album dont la pochette les montrait tous les trois, contents, souriant de toutes leurs dents, sur le pont d’un voilier. L’image de la joie de vivre californienne, très proche de celle qu’avaient choisie, une dizaine d’années auparavant, les Beach Boys pour un de leurs albums. 

On sait les abîmes de mal-être que ce genre d’images peut dissimuler. Dans le cas de David Crosby, c’était flagrant. Il allait très mal. Sa dépendance à l’héroïne et à la cocaïne allait s’aggravant et ce fut pour lui le début d’une longue nuit. Et même d’une descente aux enfers. Incapacité de produire quoi que ce soit, isolement, décrépitude, son existence, dans les années 80, n’a été qu’un long désastre. Un magazine a même annoncé sa mort dans ces années-là, c’est dire dans quel état celui-ci avait plongé. Et quand, en 1988, assisté, bien sûr, par un journaliste, il a publié un livre de mémoires, il a pris la peine d’écrire en préambule : « Si vous vous demandez comment on peut être aussi con et survivre malgré tout, eh bien lisez ce livre ». Pour cette raison, l’extraordinaire forme artistique de David Crosby, ces dernières années, a quelque chose d’extraordinaire qui défie l’entendement. Il a, comme il le dit lui-même, sûrement fait les pires choix dans sa vie, enfin, certains d’entre eux, il a quand même eu, au début des années quatre-vingt-dix, une très grande chance.

  • Crosby, Stills & Nash : « In My Dreams » extrait de l’album « CSN » 
  • C P R : « Map to Buried Treasure » extrait de l’album « Just Like Gravity » 
  • David Crosby - Graham Nash : « Carry Me » extrait de l’album « Wind on the Water » 
  • David Crosby : « Cowboy Movie » extrait de l’album « If I Could Only Remember My Name » 
  • Graham Nash - David Crosby : « The Wall Song » extrait de l’album « Graham Nash - David Crosby » 
  • Crosby & Nash : « Lay Me Down » extrait de l’album « Crosby & Nash » 
  • Crosby & Nash : « Charlie » extrait de l’album « Crosby & Nash » 
  • C P R : « Katie Did » extrait de l’album « Just Like Gravity » 
  • David Crosby : « Other Half Rule » extrait de l’album « Here If You Listen » 
  • Graham Nash - David Crosby : « Where Will I Be ? » extrait de l’album « Graham Nash - David Crosby » 
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.