Ce soir, dans Very Good Trip, un seul homme ou presque mais c’est une planète musicale à lui tout seul. Et sans lui, eh bien il y a un cri qui n’aurait pas résonné aussi fort.

Portrait de Nirvana, avec Dave Grohl, Krist Novoselic, et Kurt Cobain à Rotterdam, le 31 août 1991.
Portrait de Nirvana, avec Dave Grohl, Krist Novoselic, et Kurt Cobain à Rotterdam, le 31 août 1991. © Getty / Niels van Iperen

Fin 1992, Nirvana a publié un ultime album de chansons nouvelles, In Utero, enregistré dans des conditions très dures, dans un studio perdu au cœur d’une campagne enneigée du Minnesota, sous la direction d’un homme qui, à lui seul, a incarné le credo pur et dur du courant hardcore. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Il s’agit de Steve Albini, un homme qui a déclaré un jour que, au-delà d’une semaine, un groupe perd son temps dans un studio d’enregistrement ou alors, s’il y reste, c’est qu’il ne sait pas ce qu’il veut. Après le triomphe de l’album Nevermind, Cobain avait tenu à retourner à ses racines hardcore, une décision à laquelle les responsables de Geffen, la multinationale qui commercialisait les disques de Nirvana, n’avaient pu s’opposer mais qui les avait violemment contrariés. 

Nirvana était un trio bien sûr. Il y avait à la basse le géant Krist Novoselic, qui avait fondé le groupe avec Kurt Cobain dans la modeste ville côtière de Aberdeen, à l’ouest de Seattle. Et puis un batteur qui les avait rejoints en route et qui n’était pas du coin, Dave Grohl, un peu plus jeune qu’eux. Appelé à devenir, personne ne l’aurait imaginé il y a trente ans, un pilier du rock américain actuel, avec de bien nombreuses cordes à son arc. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En trente ans de carrière, Dave Grohl a abordé de très nombreux styles, du thrash metal et du punk hardcore à la mélodie la plus harmonieuse, parfois en même temps, c’est un peu sa marque. Il a collaboré avec avec Josh Homme de Queens of the Stone Age, avec le groupe de rock gothique anglais Killing Joke, aussi, on l’entendra. Il est également parvenu à enrôler dans ses entreprises musicales certains de ses héros, notamment Paul McCartney, Brian May aussi, le guitariste de Queen. Et puis, en compagnie de son camarade Josh Homme, que j’ai déjà cité, il carrément créé un groupe avec John Paul Jones, le cofondateur de Led Zeppelin. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Alors, une heure, ce ne sera pas de trop pour faire le tour de, je vous le disais, cette véritable planète qu’ont fini par composer les multiples activités musicales de Dave Grohl. La moindre n’étant pas celle du groupe qu’il a lancé au milieu des années quatre-vingt-dix, Foo Fighters, au sein duquel il interprète ses propres chansons et joue de la guitare. Et s’accompagne aussi souvent, quand il enregistre, bien sûr, à la batterie. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Alors, c’est assez curieux, la façon dont Dave Grohl s’est joint à Nirvana. En 1990, il avait  vingt ans donc et il avait atterri à Amsterdam après la séparation de Scream, un groupe punk hardcore auquel il s’était joint, comme batteur, à Washington, où il avait passé ses années de lycée. Il squatte quelque part et fume des pétards, gagnant quelques sous, à l’époque c’était encore des florins, en posant des carrelages. 

Un jour sa copine de l’époque lui fait écouter un truc qui lui explose aux oreilles : l’album « Bleach » de Nirvana. Il reconnaît ce mélange punk hardcore et metal qui est, pour ainsi dire, sa langue d’origine mais il est surtout subjugué par une chanson qui, comme il le souligne à juste titre, aurait ou figurer dans un album des Beatles : « About a Girl ». 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Hasard étonnant : un musicien ami qu’il avait croisé au temps de Scream, King Buzzo des Melvins, lui dit que, justement, Cobain cherche un nouveau batteur. Son premier engagement est une séance dans un studio de radio à Londres pour la légendaire émission de John Peel sur a BBC, les fameuses Peel Sessions. L’ambition de Dave Grohl au sein de Nirvana est assez modeste. Je le cite : 

Je voulais juste avoir mon propre appart’ et ne plus avoir à dormir sur le canapé chez Cobain, qui était deux fois trop petit pour moi ».

Et ne plus être réveillé par le bruit des tortues que Cobain gardait dans un aquarium et qui, régulièrement, venaient cogner bruyamment la paroi vitrée. Mais ça allait changer.

Nirvana : « Scentless Apprentice » extrait de l’album « In Utero - 20th Anniversary Remaster » 

Foo Fighters : « Stacked Actors » extrait de l’album « There Is Nothing Left to Lose » 

Probot : « Red War » (featuring Max Cavalera) extrait de l’album « Probot » 

Queens of the Stone Age : « You Think I Ain’t Worth a Dollar, But I Feel Like a Millionaire » extrait de l’album « Songs for the Deaf » 

Them Crooked Vultures : « Dead End Friends » extrait de l’album « Them Crooked Vultures » 

Killing Joke : « Blood on Your Hands » extrait de l’album « Killing Joke » 

Foo Fighters : 

  • « Monkey Wrench » extrait de l’album « The Colour and the Shape » 
  • « Rope » extrait de l’album « Wasting Light » 
  • « The Sky Is a Neighborhood » extrait de l’album « Concret and Gold » 

Paul McCartney, Dave Grohl, Krist Novoselic, Pat Smear : « Cut Me Some Slack » extrait de l’album Artistes divers « Sound City - Real to Reel » 

Josh Homme, Chris Goss, Dave Grohl, Alain Johannes : « Centipede » extrait de l’album Artistes divers « Sound City - Real to Reel » 

L'équipe
Thèmes associés