Ce soir, dernier voyage avec nos héros dessinés de la semaine. Avec l’apparition d’un fantôme qu’on n’avait pas croisé depuis longtemps.

Gorillaz sur scène pour leur nouvel album "Humanz" le 24 mars 2017 à Londres.
Gorillaz sur scène pour leur nouvel album "Humanz" le 24 mars 2017 à Londres. © Getty / Joseph Okpako

_"« I am the ghost, I am the sword, I am the soul… », c’est moi le fantôme, c’est moi le glaive, c’est moi l’âme. Ça fait longtemps qu’on ne l’avait pas entendue, c’est Grace Jones qui chantait ça, entre deux de ces éclats de rire et autres rugissements démoniaques qui la caractérisent. Elle fait partie des invités de marque qu’on peut entendre dans le dernier album du groupe Gorillaz qui, je le rappelle à vous qui n’écoutez peut-être pas tous les soirs et êtes tombés sur cette émission par hasard, qu’il s’agit d’un groupe virtuel, imaginé il y a une quinzaine d’années par deux copains à Londres, un musicien connu, Damon Albarn, révélé au sein du groupe Blur, et Jamie Hewlett, un dessinateur de BD. Gorillaz vient de publier son cinquième album, Humanz, largement dominé par des sons hip-hop et grime, un style typiquement anglais dérivé de la techno, à la forte empreinte jamaïcaine. Grace Jones fait partie des invités de marque, ce n’est pas la plus ancienne ni la plus légendaire, il est aussi parvenu à faire venir une des doyennes du gospel et de la soul, Mavis Staples, grande amie de Bob Dylan qui la demanda même un jour en mariage. Damon Albarn, lui, chante la partie de 2D, le leader imaginaire de Gorillaz, un banlieusard londonien bien plus jeune que lui, qui était à l’origine surtout préoccupé par sa coiffure. Alors on ne sait pas trop de quoi parle ce « Charger », charger c’est comme en français un chargeur. De toutes façons Damon Albarn raconte qu’il écrit tout ce qui lui passe par la tête et qu’il essaie parfois de comprendre, sans succès, ce qu’il avait bien ou vouloir dire. En tout cas il a préparé le titre avec ses deux réalisateurs artistiques. Il y a l’Américain de Chicago Anthony Khan, alias the Twilite Tone, c’est entre autres un collaborateur de Kanye West. Et puis aussi l’Anglais Remi Kabaka Jr., c’est le DJ qui anime le GSS, le Gorillaz Sound System en tournée et qui prête sa voix au personnage imaginaire de Russell Hobbs, censément le batteur noir américain de Gorillaz, un colosse de Brooklyn qui aime bien manger. Bref, Grace Jones est passée au studio, a écouté le morceau une ou deux fois, on ne sait pas, est allée derrière la vitre, a mis son casque et a dit et chanté, stimulée par la voix de Alabarn, tout ce qui lui massait par la tête. Comme vous l’avez entendu, « Charger » est un titre entre rock et techno, il y en a quelques-uns dans cet album de Gorillaz, comme celui que j’ai diffusé lundi dernier avec la Française Jehnny Beth, la chanteuse du groupe londonien Savages. Alors ça m’a donné de prendre une tangente et de partir vers des ambiances joyeuses et fêtardes, parce qu’à l’origine, Gorillaz, c’était plutôt léger et divertissant. Et puis au sein de Blur, Albarn a bien aimé explorer, c’était il y a longtemps, presque une vingtaine d’années, un rock’n’roll traversé de bruits et saturations divers, ce qui était son interprétation à lui du son des New Yorkais de Sonic Youth ou des Californiens de Pavement. Pour commencer, je vous propose un groupe qui s’appelle White Fang, c’est le nom d’origine du fameux roman de Jack London, Croc Blanc, qui raconte les aventures d’un chien-loup. Ce sont quatre garçons tous originaires de Portland, dans l’Oregon, qui, il n’y a pas très longtemps, sont partis vivre dans les environs Los Angeles, où beaucoup de musiciens ont émigré ces derniers temps des quatre coins des États-Unis parce que la vie y est moins chère et le logement bien plus abordable. Ces quatre garçons animent plusieurs groupes de différents styles. White Fang est, selon leur témoignage, le plus débile. Sur les photos de White Fang, ils sont carrément tous à poil, leurs instruments servant d’unique rempart à leur pudeur. White Fang fait la fête dans « Wrecked », Fracassé, extrait d’un album qui s’appelle « Chunks », « Morceaux », voilà, ils sont en morceaux."_

Programmation musicale :

  • Gorillaz, « Charger (featuring Grace Jones) » extrait de l’album « Humanz »
  • White Fang, « Wrecked » extrait de l’album « Chunks »
  • Walkings, « Rock » extrait de l'album « Walkings »
  • ADULT., « They’re Just Words (featuring Douglas McCarthy) » extrait de l’album « Detroit House Guests »
  • Suuns, « Instrument » extrait de l'album « Hold/Still »
  • Jakuzi, « Aptal Bir Anat » extrait de l'album « Fantezi Müzik »
  • Thundercat, « Bus in These Streets » extrait de l'album « Drunk »
  • The Rhythm Method, « Cruel (featuring Zoee) » single
  • Gorillaz, « The Apprentice (featuring Rag’n’Bone Man, Zebra Katz & RAY BLK) » extrait de l’album « Humanz »`
  • Young M.A., « OOOUUU » extrait de l’album « Herstory »
  • Jessie Reyez, « Shutter Island » extrait de l’album « Kiddo »
  • LeAnn Rimes, « Love Line » extrait de l’album « Remnants »
  • Gorillaz, « Circle of Friendz (featuring Brandon Markell Holmes » extrait de l’album « Humanz »
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.