Very Good Trip continue le voyage et vous emmène en Amérique latine, bien au chaud sans les coups de soleil.

Le guitariste Carlos Santana en concert au On The Green San Francisco Fest à AT&T Park le 4 septembre 2016 à San Francisco, Californie.
Le guitariste Carlos Santana en concert au On The Green San Francisco Fest à AT&T Park le 4 septembre 2016 à San Francisco, Californie. © Getty / Steve Jennings / WireImage

Qui ne connaît pas ça ? « Oye Como Va », c’était Santana, bien sûr, dans son grand tube de 1970, extrait de l’album Abraxas, à l’origine une composition fameuse du roi du mambo, Tito Puente, un New-Yorkais d’origine porto-ricaine. 

Santana a été le premier groupe à populariser dans le monde entier une fusion aussi naturelle qu’explosive de blues électrique, de jazz et de musique latino-américaine au sein d’une formation multiraciale où les percussions (congas et timbales cubaines) ont figuré au premier plan. 

Alors on apprend des tas de choses passionnantes dans la série documentaire de Netflix consacrée à l’explosion de rock dans les pays d’Amérique latine, intitulée « Rompan Todo », en français « Qu’ils cassent tout », ou « qu’ils brisent tout », au pluriel. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Notamment que Carlos Santana, dont les parents s’étaient fixés un temps à Tijuana, la ville frontalière, côté Mexique, avec la Californie, était encore un gamin en culottes courtes quand il a découvert le guitariste du groupe Los Rebeldes del Rock, Javier Baatiss, qu’on considère comme un des grands précurseurs du rock’n’roll et surtout du blues. Baatiss raconte que le jeune Carlos, âgé de trois ans de moins que lui, quand on est adolescent, c’est beaucoup, a la mâchoire qui s’est décrochée quand il a vu ce qu’on pouvait faire avec une guitare électrique. C’est le blues qu’on jouait déjà au Mexique qui lui a révélé que c’était possible, que lui aussi pouvait jouer cette musique.

  • Santana : « Oye Como Va » extrait de l’album « Abraxas » 
  • Los Lobos : « Kiko and the Lavender Moon » extrait de l’album « Kiko » 
  • Los Super Seven : « Heard It in the X » (featuring Freddy Fender and Rick Trevino) extrait de l’album « Heard It on the X » 
  • Virus : « Wadu Wadu » extrait de l’album « Virus » 
  • Charly García : « Nos Siguen Pegando Abajo » extrait de l’album « Clics Modernos » 
  • Sumo : « Mejor No Hablar de Ciertas Cosas » extrait de l’album « Divididos por la Felicidad » 
  • Maldita Vecindad y los Hijos del 5to. Patio : « Pachuco - Remasterizado » extrait de l’album « A 30 Años »  
  • Plastillina Mosh : « Mr. P-Mosh » extrait de l’album « Aquamosh » 
  • Illya Kuryaki & the Valderramas : « Jennifer del Estero » extrait de l’album « Leche » 
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.