Ce soir, Very Good Trip reste à Berlin, dans une ambiance dure où la vie était dure, l’angoisse omniprésente et l’énergie intense.

Depeche Mode :Dave Gahan, Alan Wilder, Andrew Fletcher et Martin Gore, le 1er avril 1983 à München, Munich.
Depeche Mode :Dave Gahan, Alan Wilder, Andrew Fletcher et Martin Gore, le 1er avril 1983 à München, Munich. © Getty / Fryderyk Gabowicz / alliance photo

"Everything Counts", c’était le groupe Depeche Mode en 1983. Quel rapport avec Berlin, me demanderez-vous ? 

Eh bien, un rapport très étroit. Quatre ans environ après sa naissance, ce groupe formé par de très jeunes gens dans une ville nouvelle de la côte sud-est de l’Angleterre, traversait une métamorphose. Après le départ de son premier compositeur, l’excellent Vince Clarke, qui allait créer le duo Yazoo, puis Erasure, c’est un autre membre du groupe, Martin Gore, un petit jeune homme au visage triste et à l’allure timide qui s’est chargé de fournir de nouvelles chansons au groupe, modelant le son électro-pop de Depeche Mode vers d’autres climats, plus mélancoliques, voire sombres et même durs. 

En 1983, Martin Gore a découvert avec fascination, lors d’un concert, les sonorités dites industrielles, le mot est flou, d’un groupe berlinois, Einstürzende Neubauten, un nom qui signifie "des immeubles d’après guerre qui s’effondrent". Un nom bien choisi puisque ces musiciens fabriquaient des sons à partir de matériaux de récupération sur des chantiers, comme des plaques de métal, et n’hésitaient pas non plus à mêler à leur musique le son d’instruments de chantier, ou même de mettre le feu à des objets pour enregistrer le bruit de leur combustion. Il était même arrivé à Einstürzende Neubauten, cette année-là, à Oslo, en 1983, d’attaquer la scène au moyen d’un marteau-piqueur. 

Bref, Martin Gore est captivé par ces procédés extrêmes. Il convainc ses camarades de Depeche Mode de mêler à leurs chansons electro-pop des bruits de ce genre, qui donnent l’impression que tous les rouages de la vie urbaine sont sensibles, comme mis à nu. Martin Gore va plus loin. Il part vivre à Berlin Ouest où il découvre une société underground qui le happ

  • Depeche Mode : « Everything Counts » extrait de l’album « Construction Time Again » 
  • Einstürzende Neubauten : « Haus der Luege Epilog » extrait de l’album « Haus der Lüge » 
  • Nick Cave :  « From Her to Eternity » extrait de l’album « From Her to Eternity » 
  • Wire : « Ahead » extrait de l’album « The Ideal Copy » 
  • U2 : « Zoo Station » extrait de l’album « Achtung Baby » 
  • Atari Teenage Riot : « Speed » extrait de l’album « Delete Yourself » 
  • Rammstein : « Rammstein » extrait de l’album « Herzeleid » 
  • Jeans Team : « Keine Melodien… 1, 2, 3, 4 » (featuring MJ Lan) EP « Keine Melodien » 
  • To Rococo Rot : « Cars » extrait de l’album « The Amateur View » 
  • Tarwater : « Seven Ways to Fake a Perfect Skin » extrait de l’album « Animals, Suns & Atoms » 
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.