Ce soir, à découvrir ou à redécouvrir un groupe qui a su comme aucun autre fusionner à peu près tout ce qu’il y avait de mieux dans la musique américaine.

 The Allman Brothers Band, le 5 mai 1969 quelque part près des studios de Muscle Shoals (Alabama)
The Allman Brothers Band, le 5 mai 1969 quelque part près des studios de Muscle Shoals (Alabama) © Getty / Michael Ochs Archives

"(...)Il n’y avait pas que deux guitaristes chez le Allman Brothers Band, mais aussi deux batteurs : un Blanc, Butch Trucks, un puissant frappeur formé au rock’n’roll et un Noir, surnommé, Jaimoe, qui, lui, avait un jeu très jazz, magnifiquement fluide et léger et jouait de pas mal de percussions, notamment des conga afro-cubains, comme chez Santana. Alors, ce groupe, the Allman Brothers Band, c’est resté une légende, pour de multiples raisons. Pour reprendre les termes de Butch Trucks, interviewé par Scott Freeman, un auteur qui a consacré un livre au groupe il y a une vingtaine d’années, c’était un style de vie, une religion, une famille. Une communauté sudiste de marginaux épris de liberté absolue, établis en plein centre de la Géorgie, à Macon, le cœur de la musique soul, la ville où James Brown s’est révélé, dont Otis Redding était l’enfant. Macon, c’était la ville qui avait servi de quartier général à l’armée des Confédérés, regroupant les États d’Amérique qui dès 1860, avaient fait sécession parce qu’ils avaient refusé d’abolir l’esclavage. Déjà, l’installation en plein cœur de cette ville, au 2317 Vineville Avenue d’une bande de chevelus drogués circulant en choppers Harley Davidson et vivant sans règles dans une grande maison avec compagnes, enfants et groupies de passage, ça ne passait pas inaperçu. Même s’il y a un musée là-bas aujourd’hui consacré à l’Allman Brothers Band, il ne faut pas perdre de vue que des musiciens blancs ayant décidé de vivre en marge et qui, musicalement, mêlaient les deux cultures, blues et soul, noire, et blanche, country, ça détonait.(...)"

The Allman Brothers Band :

  • « Jessica » extrait de la compilation « Universal Masters Collection »
  • « Whipping Post » extrait de l’album « The Allman Brothers Band »

Gregg Allman : « Midnight Rider » extrait de l’album « Laid Back »

The Allman Brothers Band :

  • « Melissa » extrait de l’album « Eat a Peach »
  • « Trouble No More - Live at the Fillmore East, 1971» extrait de l’album « Eat a Peach »
  • « Ramblin’ Man » extrait de l’album « Brothers and Sisters »
  • « Please Call Home » extrait de l’album « Idlewild South »

Gregg Allman : « Devil Got My Woman » extrait de l’album « Low Country Blues »

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.