Michka Assayas rend hommage au pianiste et chanteur de rythm'n'blues, "The Fat Man" qui a profondément influencé le rock'n'roll blanc des années 1950 mais pas seulement ...

Portrait de Fats Domino
Portrait de Fats Domino © Getty / Hulton Deutsch / Contributeur

"(...)En 1969, quand celui qu’on avait proclamé le roi du rock’n’roll, Elvis, avait tenu une conférence de presse pour annoncer son retour à la scène, il avait interrompu un journaliste qui se référait à lui comme au « roi du rock », entre guillemets. Elvis avait dit : non, le roi du rock’n’roll, il est là, dans l’assistance. Tout le monde a regardé dans la direction qu’il indiquait et qui était là? Fats Domino, tout sourire. Un petit bonhomme rondouillard au sourire malicieux dont Elvis à ses débuts disait déjà : « Jamais de ma vie je ne pourrai chanter aussi bien que lui ». Fats Domino n’avait jamais bougé du quartier de la Nouvelle Orléans où il était né, le neuvième arrondissement, au peuplement créole, à l’est de la ville, au bord du Mississippi. C’est là qu’il était né dans une cabane, le benjamin de huit enfants. Et pourtant c’était une immense star. Il a vendu tout au long de sa carrière, qui a culminé du milieu à la fin des années 50, 65 millions de disques et obtenu vingt-trois disques d’or. Seul Elvis, encore lui, a fait mieux en son temps. Quand, en 1957, un journaliste l’a interviewé et lui a demandé, « Alors, Fats, comment ça a commencé cette histoire de rock’n’roll » Et lui a répondu très simplement : « Vous savez, ce qu’on appelle rock’n’roll, pour moi, c’est du rhythm’n’blues. Et j’en joue depuis une quinzaine d’années ». Soit depuis le début des années 1940. Il faut rappeler qu’en ces temps reculés, d’ailleurs il en reste quelque chose, la musique reflétait la ségrégation qui régnait dans de nombreux États des États-Unis. En gros, quand c’étaient des Noirs on appelait ça rhythm’n’blues ou race records, disques de race eh oui, c’était le vocabulaire de la période, et quand c’étaient des Blancs, on appelait ça rock’n’roll et c’était tous publics.(...)"

  • Fats Domino : « Blue Monday » extrait de la compilation « Greatest Hits - Walking to New Orleans » (remasterisé en 2002) 
  • Fats Domino : « Blueberry Hill » extrait de la compilation « Greatest Hits - Walking to New Orleans » (remasterisé en 2002) 
  • Earl King : « Those Lonely, Lonely Nights » extrait de la compilation « The Chronological Earl King 1953-1955 »  
  • Guitar Slim : « The Things That I Used to Do - Single Edit » extrait de la compilation « Sufferin’ Mind » 
  • Huey « Piano » Smith : « Rocking’ Pneumonia and the Boogie-Woogie Flu » extrait de la compilation Artistes divers « Good Old Country Music » 
  • Little Richard : « Good Golly Miss Molly » extrait de la compilation « The Very Best of… Little Richard » 
  • Sugar Boy Crawford : « Jock-A-Mo » extrait de la compilation Artistes divers « The Chess Blues-Rock Songbook - The Classic Originals »   
  • The Spiders : « Witchcraft » extrait de la compilation Artistes divers « The Big Beat of Dave Bartholomew - 20 of His Milestone New Orleans Productions 1949-1960 » (remasterisé en 2002)   
  • The Hawketts : « Mardi Gras Mambo » extrait de la compilation Artistes divers « Teen Rock in the USA »    
  • Clarence « Frogman » Henry : « Ain’t Got No Home » extrait de la compilation « I Ain’t Got No Home »   
  • Big Joe Turner : « Honey Hush » extrait de la compilation « Rhythm & Blues Years »   
  • Ernie K-Doe : « A Certain Girl » extrait de la compilation Artistes divers « Finger Poppin’ and Stompin’ Feet - 20 Classic Allen Toussaint Productions for Minit Records 1960-1962 » (remasterisé en 2002)    
  • Jessie Hill : « Ooh Poo Pa Doo » extrait de la compilation Artistes divers « Finger Poppin’ and Stompin’ Feet - 20 Classic Allen Toussaint Productions for Minit Records 1960-1962 » (remasterisé en 2002)   
  • Chris Kenner : « I Like It Like That » extrait de la compilation Artistes divers « Stanley Kubrick’s Full Metal Jacket -Original Motion Picture Soundtrack »    
  • Fats Domino : « Walking to New Orleans » extrait de la compilation « Greatest Hits: Walking to New Orleans »   
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.