C'est Noël avant et jusqu'à Noël avec Michka Assayas !

The Struts le 19 septembre 2018 à Hollywood.
The Struts le 19 septembre 2018 à Hollywood. © AFP / Frederick M. Brown / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD

Un chœur gospel, un côté comédie musicale, nous voilà ramenés à une certaine ambiance du début des années soixante-dix par un groupe qui a pour nom The Struts, qui interprétait « Body Talks », extrait de son nouvel album, le second seulement, « Young and Dangerous ». 

Les membres des Struts n’ont pas trente ans alors, pour eux, le glam rock des années soixante-dix, ça devrait être un peu comme pour moi Maurice Chevalier et Mistinguett. Sauf que ce style que j’ai vu naître dans ma lointaine pré-adolescence n’a rien d’archaïque en 2018. 

C’est un patrimoine extrêmement vivant, qui continue, c’est l’évidence, à alimenter fantasmes et rêves des jeunes générations. Témoin la curiosité que suscite en ce moment Bohemian Rhapsody, le film consacré au destin du chanteur du groupe Queen(...) 

Freddie Mercury est, explicitement, un des modèles du chanteur des Struts, Luke Spiller. Dont le parcours, inhabituel pour un garçon de sa génération suscite la curiosité. Luke vient d’avoir trente ans. Il a grandi à Bristol, la grande ville portuaire du sud-ouest de l’Angleterre. Sa première expérience musicale, et ça a compté, c’était au temple protestant où son père, pasteur, chantait, accompagné d’une chorale. Comme il le dirait plus tard dans une interview récente, « Ce que j’ai appris de mon père et de l’église, c’est l’importance de la sincérité quand on chante ». Une expérience très fréquente dans l’Amérique profonde, peut-être moins répandue dans la vieille Europe, où, aujourd’hui, être normal, c’est, souvent, être incroyant. (...)

Un style ambigu, parce qu’il a à la fois amené, d’une certaine façon, certaines outrances du punk rock et a occasionné, en même temps, un certain rejet, même un dégoût, de la part d’une frange radicale et politisée des punks. Je pense à un groupe comme The Clash qui prônait un rejet entier de la théâtralité et de l’artifice. En tout cas, Luke Spiller s’est fait la coiffure de Freddie Mercury jeune, il y a aussi en lui quelque chose de Steven Tyler du groupe Aerosmith, un autre de ses modèles, et puis bien sûr, une autre source, c’est Mick Jagger. Le destin des Struts a changé quand ils ont joué à Paris en première partie des Rolling Stones en 2014. Il y a eu un déclic, un management américain les a pris en charge et, en quelques mois, ils étaient bien plus connus aux Etats-Unis que sur le vieux continent.(...)

  • The Struts : « Body Talks » extrait de l’album « Young & Dangerous » 
  • Greta Van Fleet : « When the Curtain Falls » extrait de l’album « Anthem of the Peaceful Army » 
  • Laura Jane Grace & the Devouring Mothers : « The Airplane Song » single 
  • Richard Ashcroft : « All My Dreams » extrait de l’album « Natural Rebel » 
  • Tom Petty : « The Damage You’ve Done - Alternate Version » extrait de l’album « An American Treasure » 
  • Kurt Vile : « Loading Zones » extrait de l’album « Bottle It In » 
  • The Skiffle Players : « You’ll Miss It When It’s Gone » extrait de l’album « Skiff » 
  • Brett Dennen : « Here’s Looking at You Kid » - EP « Here’s Looking at You Kid » 
  • Death Cab for Cutie : « Gold Rush » extrait de l’album « Thank You for Today » 
  • Black Honey : « Hello Today » extrait de l’album « Black Honey » 
  • Mumford & Sons : « Guiding Light » single’
  • Aaron Lee Tasjan : « Strange Shadows » extrait de l’album « Karma for Cheap » 
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.