Ce soir, Very Good Trip vous embarque dans un vaisseau spatial vers l’hyper-espace, où tout semble très beau et même euphorisant. Parce qu’on voit la Terre de très très loin, évidemment.

L'auteur-compositeur Beck, auteur-compositeur, sur scène, le 7 décembre 2019 à Anaheim, en Californie.
L'auteur-compositeur Beck, auteur-compositeur, sur scène, le 7 décembre 2019 à Anaheim, en Californie. © Getty / Scott Dudelson

Beck, c’est son prénom, son nom complet est Beck Hansen, était, comme il l’a avoué dans le dernier numéro du magazine britannique Mojo, un type qui, à vingt-deux ans, en avait dans sa tête cinquante. Il s’intéressait à de vieux enregistrements de blues et de folk récoltés par la Bibliothèque du Congrès, immense institution publique de préservation du patrimoine musical populaire aux Etats-Unis. Il était aussi du genre à regarder le soir chez lui de vieux films d’Antonioni au lieu de sortir faire la fête. 

Aussi excentrique que courageux, Beck prenait sa guitare et donnait des performances impromptues de blues rural, trituré à sa façon, là où ses promenades le menaient à Los Angeles. Et, en même temps, il vivait à ce moment-là dans un quartier de l’Est de Los Angeles, aux maisons décrépites. 

Un quartier peuplé d’hispaniques, pas loin de Compton, foyer des rappeurs Ice Cube et Eazy E, soit le groupe Niggaz wit Attitudes, NWA, dont un visionnaire du son, Dr Dre, futur mentor de Eminem, supervisait les enregistrements. Écoutez le titre de NWA, « Straight Outta Compton », ça remonte à 1988, vous avez la matrice du « Loser » de Beck : une rythmique funk, des scratches de hip-hop, quelques bribes de sons exotiques (un sitar indien, un banjo, difficile à dire) égrenées par-ci par-là. Beck s’est contenté de greffer à ce style sa propre guitare jouée en slide et des paroles de son cru, un rap chanté-parlé qui était un peu le blues du jeune mâle qui se sent inadapté et mal dans sa peau. 

Ce goût pour le bizarre et l’absurde venait en partie chez Beck d’un héritage artistique particulier : son grand-père, Al Hansen, dont il était très proche, avait appartenu au groupe d’avant-garde Fluxus, qui organisait des performances à Cologne, en république fédérale d’Allemagne.

  • Beck : « Uneventful Days » extrait de l’album « Hyperspace » 
  • Broken Bells : « Good Luck » single 
  • Cold War Kids : « Complainer » extrait de l’album « New Age Norms 1 » 
  • Jack Peñate : « Murder - Edit » single 
  • Allen Stone : « Consider Me » extrait de l’album « Building Balance » 
  • Vagabon : « Flood » extrait de l’album « Vagabon » 
  • Jenny Hval : « High Alice » extrait de l’album « The Practice of Love » 
  • Anna Meredith : « Inhale Exhale » extrait de l’album « FIBS » 
  • Pet Shop Boys : « Burning the Heather - Radio Edit » 
  • Girl Ray : « Because » extrait de l’album « Girl » 
  • Perfume Genius : « Pop Song » single 
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.