Aujourd’hui, les grandes voix de la musique funk. Et tout de suite, pour commencer, lui, le parrain du genre, comment l’oublier ?

James Brown & His Famous Flames : « I Got You (I Feel Good) » compilation « The Godfather – The Very Best of James Brown ». Le Parrain de la soul, le Frère soul n°1, Monsieur Dynamite, j’ai nommé le seul, l’unique, l’exceptionnel James Brown dans son plus grand succès aux Etats-Unis, en 1965. Il avait alors une petite trentaine d’années. Même si vous ne connaissez pas cette chanson, vous connaissez sûrement le cri, que dis-je le rugissement, qui l’ouvre...

Rufus : « Dance Wit Me » compilation « The Very Best of Rufus ». LaBelle : « Don’t Bring Me Down » album « Nightbirds ». Cette voix haute, noire, au timbre très clair, formé au gospel, vous la connaissez sûrement pour l’illustre tube « Lady Marmalade » qui contient le fameux passage en français « Voulez-vous coucher avec moi ce soir ».

Betty Davis : « If I’m in Luck I Might Get Picked Up » album « Betty Davis ». Johnny « Guitar » Watson : « A Real Mother for Ya » album « A Real Mother for Ya ». Originaire du Texas, il avait démarré sa carrière comme pianiste accompagnateur de blues et rhythm’n’blues à Los Angeles au milieu des années 50. Il ne s’était mis à la guitare que vers l’âge de vingt ans, au milieu des années 50, d’où son surnom de Johnny « Guitar » Watson. Il est le premier à utiliser le feedback, c’est-à-dire la réinjection d’un signal sur lui-même, du micro à l’ampli et réciproquement, ce qui crée une stridulation, et la reverb, un effet de réverbération sonore. Johnny Guitar Watson a ainsi été un de ceux qui ont donné des idées à Jimi Hendrix.

War : « Low Rider » compilation « Anthology 1970-1994 » Stretch : « Why Did You Do It ? (original mix) ». Un succès de 1975 par le groupe anglais Stretch, aujourd’hui complètement oublié, un exemple de funk britannique, il y en a eu d’autres par la suite, dans un style très américain.

Joe Bataan : « Keep the Change » album « Call My Name » Lyn Collins : « Think (About It) » album « Mama Feelgood (The Best of Lyn Collins) ». Le son est celui des productions de James Brown, avec les cris à l’arrière-plan et les relances aux cuivres. Lyn Collins, passée par l’école du gospel, n’a hélas pas fait la carrière que sa voix remarquable aurait pu lui promettre.

Labi Siffre : « The Vulture » compilation « The Music of Labi Siffre » Steve Miller Band : « Fly Like an Eagle » album « Fly Like an Eagle ». Steve Miller est un musicien qui a vécu entre le Texas et Chicago, initié très jeune au blues, au jazz et au rhythm’n’blues qui a participé à sa façon, très professionnelle, à la révolution psychédélique de San Francisco. Et c’est vrai il y avait quelque chose de doucement rêveur, mélodieux et psychédélique dans ce titre funky de 1976.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.