Michka Assayas vous propose de partager une transe tribale, électronique et sombre. Et industrielle pour le début de la soirée !

Portrait du groupe "Delgres" le 19 juin 2018 à Paris.
Portrait du groupe "Delgres" le 19 juin 2018 à Paris. © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Pascal Danaé chante en créole, la langue des ancêtres. Il a choisi le nom de Delgres en signe de piété envers le souvenir d’un officier français, Louis Delgrès, un métis passé dans les rangs de l’armée républicaine, qui avait refusé d’obéir à Bonaparte, alors premier consul, qui entendait rétablir l’esclavage aux Antilles.

Régulièrement, il y  a comme ça des groupes à la formation très réduite, ils sont trois, parfois même deux, qui réinventent le blues en y insufflant une fraîcheur et une puissance oubliées. Ça a été le cas du trio de Boston Morphine au début des années 90, celui des White Stripes à Détroit au début des années 2000, il y a eu aussi les Black Keys à Akron dans l’Ohio.

À présent, c’est Delgres qui crée la sensation. Partout, dans le monde, on réclame le trio de Pascal Danaé, qui a fait récemment une première partie pour Ben Harper. Jack White a aussi repéré Delgrès

  • David Eugene Edwards & Alexander Hacke : « All in the Palm » album Risha 
  • Mercedes Peón : « Deixaas » extrait de l’album Deixaas 
  • Delgres : « Mo Jodi » extrait de l’album Mo Jodi 
  • Sabry Mosbah : « Mouch Menni » extrait de l’album Mes racines
  • Monsieur Doumani : « Drinking and Kissing » extrait de l’album Angathin 
  • Kimbra : « Top of the World » extrait de l’album Primal Heart 
  • Mark Lanegan & Duke Garwood : « With Animals » extrait de l’album With Animals 
  • Low : « Disarray » single Disarray 
  • Josh T. Pearson : « A Love Song (Set Me Straight) - Radio Version » extrait de l’album The Straight Hits ! 
  • CHVRCHES : « My Enemy » (featuring Matt Berninger) extrait de l’album Love Is Dead 

Pour en savoir plus sur Pan African Music, cliquez ici 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.