Very Good Trip vous emmène avec un peu d’avance, sur la plage, enfin pas n’importe laquelle, une belle plage de surfeurs sur la côte de l’Australie occidentale.

Nick Allbrook, chanteur, guitariste et principal compositeur du groupe Pond en concert pendant Splendor In The Grass le 20 juillet 2019 à Byron Bay, Australie.
Nick Allbrook, chanteur, guitariste et principal compositeur du groupe Pond en concert pendant Splendor In The Grass le 20 juillet 2019 à Byron Bay, Australie. © Getty / Matt Jelonek/Wire Image

Pond, ça veut dire étang, est originaire de l’unique grande ville de la côte ouest de l’Australie, Perth. On connaît mieux son groupe frère, Tame Impala, avec lequel il partage plusieurs musiciens en commun. Pond est issu du même vivier psychédélique, j’imagine qu’il y a des surfeurs parmi eux. 

Ils ont un public de gens à leur image : ce qu’on appelle sur la côte ouest de l’Australie des sandgropers, d’après le nom de ces insectes, des espèces de criquets bizarres, tout allongés, qui vivent sous le sable et qui, paraît-il, bouffent absolument tout. 

Nick Allbrook, le chanteur, guitariste et principal compositeur et sa bande ont vécu une expérience bien particulière de la pandémie. Je l’ignorais mais la côte Ouest de l’Australie, il faut dire, c’est vaste, peu peuplé et les interactions sont limitées, a été très peu touchée par le coronavirus. Et donc il n’y a pas eu de confinement là-bas, contrairement à Sydney et aux autres grandes villes de la Côte Est. Pond a pu ainsi donner des concerts, et même pas mal de concerts, jouant peut-être dix fois, en un an, devant le même public de sandgropers. En tout cas, ça a encouragé les membres du groupe à travailler différemment, à profiter plus que jamais du fait que, contrairement à leurs compatriotes de la côte Est, ils avaient la chance, j’allais dire le privilège car c’en est un, de se réunir, de travailler ensemble, de profiter à plein de leur vie en communauté. 

J’aime, a déclaré tout récemment Allbrook au site Internet anglais NME, qu’on crée ensemble des choses dans l’instant, à l’opposé de ce qu’on réalise laborieusement sur des machines chacun chez soi ». 

En une douzaine d’années d’existence, Pond a réalisé des albums à la qualité croissante, des chansons correspondant avec précision à une certaine idée du son qu’ils avaient en tête. Dans leur façon de travailler qui est aujourd’hui la norme, tout était conçu, pensé, planifié, pensé, dessiné, millimétré et parfaitement exécuté jusqu’au moindre détail, sans laisser de place au hasard. Allbrook et ses potes ont décidé, ce coup-ci, de faire les choses autrement. 

On a travaillé dur ensemble mais cette fois, précise-t-il, tout s’est fiat dans la spontanéité, sans but initial ». 

Et c’est comme ça qu’une énergie nouvelle est née.

  • Pond : « America’s Cup » single 
  • Babe Rainbow : « Ready for Tomorrow » extrait de l’album « Changing Colours » 
  • GUM : « Airwalkin’ » extrait de l’album « Out in the World » 
  • Big Scary : « Bursting at the Seams » extrait de l’album « Daisy » 
  • King Gizzard & the Lizard Wizard : « Yours » extrait de l’album « Butterfly 3000 » 
  • DOPE LEMON : « Rose Pink Cadillac » single 
  • Crowded House : « Whatever You Want » extrait de l’album « Dreamers Are Waiting » 
  • Odette : « Amends » extrait de l’album « Herald » 
  • Lorde : « Solar Power » single 
  • Julia Stone : « Dance » extrait de l’album « Sixty Summers » 
L'équipe
Thèmes associés