Hommage à ce brillant auteur, compositeur, interprète, tragiquement décédé en 2003.

Elliott Smith à Londres en juin 1998
Elliott Smith à Londres en juin 1998 © Getty / Andy Willsher/Redferns

"C'est frappant quand on se penche sur la jeunesse de toute cette génération née à la fin des années 60 aux États-Unis, adolescente à la fin des années 80. Je pense à ceux, celles, qui ont grandi écartelés dans des familles à la structure éclatée. Un nombre important parmi les musiciens mais pas seulement, loin de là, se sont réfugiés très tôt, très jeunes, dans l'alcool et les drogues. Après, il y a aussi des cas comme celui d'Eliott Smith qui, sûrement, était traversé par une fragilité psychique particulière. Bon, je vais arrêter de parler de choses tristes et me concentrer sur la beauté de la musique. Parce qu'Eliott Smith avait un don rare pour créer des chansons d'une grande beauté, des constructions légères où la mélodie surgissait et serpentait comme une flamme, le rythme craquait comme un bois sec et la voix flûtée semblait toujours nouée par une plainte retenue."

  • Elliott Smith :

« Needle in the Hay » album « Elliott Smith »

« Waltz #2 (XO) » album « XO »

« Angeles (live) » album « Either/Or (20th Anniversary Expanded Edition) »

« L.A. » album « Figure 8 » 3’14’’

« Between the Bars » album « Either/Or (20th Anniversary Expanded Edition) »

« Happiness – Single Version » compilation « An Introduction to Elliott Smith »

« Roman Candle » album « Roman Candle »

« Big Decision » album « New Moon »

« Southern Belle » album « Elliott Smith »

« Miss Misery (early version) » compilation « An Introduction to Elliott Smith »

« Memory Lane » album « From a Basement on the Hill »

« Thirteen » album « New Moon »

« Everything Means Nothing to Me » album « Figure 8 »

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.