Dans Very Good Trip, un programme simple à énoncer : de bonnes vibrations. De la lumière, des mélodies et de l’énergie pour des temps qui en manquent désespérément.

Le groupe Weezer à la 61e cérémonie des GRAMMY Awards au Staples Center le 10 février 2019 à Los Angeles, Californie.
Le groupe Weezer à la 61e cérémonie des GRAMMY Awards au Staples Center le 10 février 2019 à Los Angeles, Californie. © Getty / Steve Granitz / WireImage

La force de Weezer, c’en est vraiment une, c’est de n’avoir aucune prétention. Et de toujours chercher à divertir. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Évidemment, en ce moment, c’est moins facile. Rivers Cuomo a reçu, comme nous tous, un coup sur la tête il y a un an. Le groupe devait partir, au printemps 2020, pour une tournée mondiale, associé à deux autres légendes, on peut le dire comme ça, qui ont marqué le rock américain ado des années quatre-vingt-dix, Green Day et Fall Out Boy, et puis voilà, bing, tout est tombé à l’eau. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

À l’heure où je vous parle, la tournée est re-programmée et devrait redémarrer à Vienne, en Autriche, début juin, mais, évidemment, aucune certitude. Ce n’est rien de dire que Cuomo s’est occupé toute cette année. Oui, bon, c’est banal, dans sa maison de Santa Monica, il a joué au ping-pong avec sa femme et s’est endormi en écoutant des livres audio. Il a eu le temps de compter tous les jours le nombre de ses followers, comme on dit, de se laisser pousser la moustache. Il a aussi observé avec désespoir sa fille passer des heures et des heures devant des écrans, sans pouvoir lui parler, c’est le sujet de la chanson « Screens », qu’on vient d’entendre. 

Et il a raconté tout ça, avec beaucoup d’humour, dans les chansons de ce nouvel album, impromptu, qui précède la parution d’un autre album, dont la sortie est prévue dans moins de deux mois, intitulé Van Weezer, dans lequel on l’entendra revivre sa passion adolescente pour le hard rock virtuose du groupe Van Halen, au temps où il était coiffé comme un porc-épic et portait des bracelets de cuir noir clouté. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« OK Human », c’est complètement différent : Cuomo raconte avoir pris pour modèle un chanteur de légende, Harry Nilsson, dont le don pour la mélodie, la finesse et l’humour désespéré représentaient une sorte de rencontre entre le meilleur de la comédie musicale américaine et la fraîcheur des Beatles. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce qui est éminemment sympathique chez Rivers Cuomo, c’est qu’il cherche toujours à apprendre quelque chose de nouveau. Ça a commencé chez lui très tôt. En 1995, après avoir réalisé son fantasme d’être une rock star gagnant un disque de triple platine et se produisant dans des stades, il a décidé que cette vie ne lui convenait pas. Il a tout arrêté et s’est inscrit à l’université de Harvard pour étudier l’opéra italien et l’écriture musicale au dix-huitième siècle. Dans l’espoir fou d’écrire une comédie musicale. Un rêve auquel il n’a pas renoncé, puisque Cuomo, répondant à une interview récente, raconte qu’il a pour ambition de composer une œuvre intitulée Bouddha Superstar. Non, ce n’est pas une blague. 

Le nombre de choses que cet homme est arrivé à faire depuis un an, c’est impressionnant : il s’est formé au développement de sites internet, il a mis au point une sorte de banque de données de ses chansons préférées, créant, si j’ai bien compris, un algorithme qui lui permet de résoudre certains problèmes quand il est bloqué dans la composition d’une chanson. Il a en outre composé deux nouveaux albums pour Weezer, il en prévoit même quatre, correspondant aux saisons de l’année. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ah oui, et aussi un album solo, inspiré selon ses dires, par son amour pour les chansons de Barry Manilow, un chanteur à voix des années soixante-dix qu’apprécie aussi beaucoup Daft Punk, voilà, les grands esprits se rencontrent.

  • Weezer : « Screens » extrait de l’album « Ok Human » 
  • Teenage Fanclub : « Home - Edit » single 
  • Aaron Lee Tasjan : « Up All Night » extrait de l’album « Tasjan ! Tasjan ! Tasjan ! » 
  • Chuck Prophet : « Best Shirt On » extrait de l’album « The Land That Time Forgot » 
  • Olivier Rocabois/ John Howard : « Tonight I Need » single 
  • Smith & Burrows : « All the Best Moves » extrait de l’album « Only Smith & Burrows Is Good Enough » 
  • POSTDATA : « Inside Out » extrait de l’album « Twin Flames » 
  • Edie Brickell & New Bohemians : « Stubborn Love » extrait de l’album « Hunter and the Dog Star » 
  • Crowded House : « To the Island - Single Mix » single 
  • Ryan Adams : « I’m Sorry and I Love You » extrait de l’album « Wednesdays » 
  • Weezer : « All My Favorite Songs » extrait de l’album « OK Human » 
L'équipe
Thèmes associés