Ce soir dans Very Good Trip des nouveautés à l’ombre d’un géant qui nous a quittés il y a cinq ans déjà. Et un inédit pour commencer.

David Bowie, auteur-compositeur-interprète et acteur, pendant la tournée mondiale le "Serious Moonlight Live" à Vancouver, Canada, le 9 août 1982.
David Bowie, auteur-compositeur-interprète et acteur, pendant la tournée mondiale le "Serious Moonlight Live" à Vancouver, Canada, le 9 août 1982. © Getty / Armando Gallo

David Bowie avec « Tryin’ to Get to Heaven », une chanson, enfin plus exactement une interprétation inédite. Oui parce qu'elle n'est pas du tout de lui, à l’origine, mais de Bob Dylan. 

C’est une chanson qu’on peut entendre dans son dernier classique du vingtième siècle, Time Out  of Mind, temps immémorial, beau titre, sorti en 1997, que ses admirateurs avaient salué, une fois de plus, comme un, entre guillemets, retour inattendu, une divine surprise. 

David Bowie a enregistré cette reprise un an plus tard, en 1998, dans un studio new-yorkais, à la fin d’une tournée qui avait présenté un album qui n’avait pas trop bien marché, Earthling. David Bowie n’avait rempli que des salles modestes et le projet d’album live qui devait suivre a finalement été abandonné. 

Mais, lui et ses accompagnateurs, notamment le guitariste Reeves Gabrels, avaient réservé du temps en studio et Bowie a enregistré alors au moins deux chansons. Une reprise de « Mother », de John Lennon, pour un projet d’album d’hommage par divers artistes, finalement abandonné. On peut la découvrir aujourd’hui seulement aussi. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Et puis cette reprise, donc, de « Tryin’ to Get to Heaven » de Bob Dylan, assez méconnaissable. Dans l’original, Dylan a déjà cette voix vieillissante, une sorte de coassement morose, à l’âpreté pas toujours facile. Je me rappelais en particulier ce passage à la simplicité lapidaire. 

Jour après jour ton souvenir se fait flou/ Il ne me hante plus comme avant/ J’ai marché au milieu de nulle part/ Et tenté d’entrer au paradis avant qu’ils ferment la porte ». 

David Bowie a tout de suite aimé cette chanson, où il a vu un parfait tremplin pour ses élans lyriques. Dylan la chante sur ce ton lugubre de résignation qui lui est propre, mais Bowie, lui, de cette statuette primitive, belle dans sa simplicité, fait une sorte de sculpture de Rodin. On y sent du déchirement, de l’élan et du désespoir, aussi. Il est sûr que Bowie ne fait beaucoup, certains diraient trop, mais enfin c’est Bowie. 

Post-scriptum aux relations Bowie-Dylan. Il existe, les passionnés de Bowie le savent évidemment, une chanson de l’album Hunky Dory, sorti il y a presque un demi-siècle, fin 1971, qui s’appelle « Song for Bob Dylan ». Une chanson qui, comme pas mal de celles de cette épisode, ressemble à du Lennon chantant une chanson des Kinks, où il se place du point de vue d’un admirateur de Dylan, fasciné par ses mots, et qui l’implore de, "revenir", c’était alors une période où Dylan gardait un silence qui en intriguait et frustrait beaucoup. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Admirateur de Dylan qu’il était, bien sûr, lui-même. Il existe une photo des deux ensemble, prise à la fin des années soixante-dix, où celui des deux qui a l’air d’une rock star, c’est Dylan, et où Bowie, en écharpe et cravate, tout sourire, a l’air d’un étudiant anglais très smart, trop content de faire une photo avec son héros pour la montrer ensuite à ses copains. 

Un fan de Bob Dylan ravi de sa rencontre avec la rock star
Un fan de Bob Dylan ravi de sa rencontre avec la rock star © Getty / Time & Life Pictures

Tout ça fait remonter ces vieilles années soixante-dix, qui ont été celles de ma formation, je m’aperçois aujourd’hui de l’incroyable chance que j’ai eue de grandir durant cette période

  • David Bowie : « Tryin’ to Get to Heaven » single 
  • Kevin Godley : « Expecting a Message » extrait de l’album « Muscle Memory » 
  • Still Corners : « White Sands » single 
  • Nadine Shah : « Trad - Edit » single 
  • Rhye : « Beautiful «  single 
  • Arlo Parks : « Caroline » single 
  • Hjalte Ross : « Adrenaline » extrait de l’album « Waves of Haste » 
  • Mart Avi : « Soul ReaVer » extrait de l’album « Vega Never Sets » 
  • Maria McKee : « I Never Asked » extrait de l’album « La Vita Nuova » 
L'équipe