Ce soir, Michka Assayas poursuit son passage en revue de l’année 2018, en se concentrant sur des musiciens et musiciennes qui continuent à puiser aux sources musiques traditionnelles pour y puiser du nouveau. Blues, folk, country, etc.

Le musicien Grant-Lee Phillips, en concert au Bush Hall, à Londres le 17 avril 2018.
Le musicien Grant-Lee Phillips, en concert au Bush Hall, à Londres le 17 avril 2018. © Getty / Robin Little

L’Américain Grant Lee Phillips, un chanteur qui a occupé les premiers plans du rock indépendant américain dans la première moitié des années quatre-vingt-dix. Son dernier album s’appelle Widdershins, ce qui veut dire dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. 

Grant Lee Phillips, il y a plus de vingt ans, chantait au sein d’un trio qui s’appelait Grant Lee Buffalo. Musicalement, on était quelque part entre le premier REM et le Gun Club. 

Au croisement de deux courants qui ne se rejoignent jamais. D’un côté, ce musicien qui a été aussi bien marqué par les conteurs de la musique country comme Merle Haggard. De l’autre, le style tendu et accablé de groupes anglais comme New Order, Echo and the Bunnymen ou les Smiths.

  • Ry Cooder : « Nobody’s Fault But Mine » album « The Prodigal Son » 
  • Calexico : « Bridge to Nowhere » album « The Thread That Keeps Us » 
  • Richard Thompson : « The Storm Won’t Come » album « 13 Rivers » 
  • Neko Case : « Curse of the I-5 Corridor » album « Hell-On » 
  • David Crosby : « Woodstock » album « Here If You Listen » 
  • Grant-Lee Phillips : « Russian Doll » single 
  • Gwenifer Raymond : « Sometimes There’s Blood » album « You Never Were Much of a Dancer » 
  • Cowboy Junkies : « Shining Teeth » album « All That Reckoning » 
  • Bill Frisell : « Pretty Stars » album « Music IS » 
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.