Même en musique, Michka Assayas aime les paradoxes. Bien sûr, vous l'entendrez ce soir !

Sharon Van Etten, auteure-compositrice-interprète en concert au ACL Music Festival à Zilker Park, Austin, le 6 octobre 2018.
Sharon Van Etten, auteure-compositrice-interprète en concert au ACL Music Festival à Zilker Park, Austin, le 6 octobre 2018. © AFP / SUZANNE CORDEIRO

« Comeback Kid », une voix que certaines, certains, ont pu connaître, mais dans un autre style que d’habitude, celle de l’Américaine Sharon Van Etten. Une des gloires actuelles de la musique dite indépendante aux Etats-Unis, elle enregistre pour la petite compagnie Jagjaguwar, basée dans l’Indiana. Qui a déjà fait connaître dans le monde entier la musique de Bon Iver et diffuse aujourd’hui celle de Moses Sumney, un remarquable jeune musicien californien d’origine ghanéenne entre folk et soul, je vous l’avais présenté il y a un an, à l’automne 2017. 

Bref, oui, Sharon Van Etten, c’est d’elle que j’avais prévu de vous parler ce soir. Son parcours de vie est très révélateur d’une certaine famille d’auteurs-compositrices-interprètes américaines, et qui a pu toucher bien des femmes.(...)

Sa force est surtout sa voix très bien timbrée, comme cuivrée, et sa façon de l’utiliser, la doublant souvent pour créer une harmonie qui rehausse ses mélodies. On a pu dire qu’elle avait parfois le mordant de PJ Harvey, versant folk-blues, et la tendresse à la fois cristalline et déchirante de la grande chanteuse country-folk Emmylou Harris. 

Alors Sharon Van Etten a rencontré un public, dont les membres les plus exaltés ont perçu chez elle une âme sœur : barbus qui veulent lui lire leurs poèmes après ses concerts, ados qui s’identifient à elle, lesbiennes qui veulent en faire une effigie, et qui sont vexées quand Sharon leur répond qu’elle est hétérosexuelle. Sharon se sent tellement désemparée par toutes ces personnes qui viennent lui raconter leurs problèmes qu’elle a décidé d’entamer des études de psychologie à l’université afin de mieux leur répondre. 

Le nouvel album de Sharon Van Etten est marqué par la maternité, elle a donné récemment naissance à un enfant. Un changement de vie pas simple pour une femme qui a longtemps vécu à Brooklyn sans domicile fixe, pas à la rue mais au sens où tout ce qu’elle avait, c’était une voiture, et qu’elle squattait chez les uns et les autres parce que, entre louer un appartement et payer ses musiciens, elle avait dû longtemps choisir.

  • Sharon Van Etten : « Comeback Kid » single 
  • The Raveonettes : « Ghost » single 
  • The Blind Suns : « Alligators » extrait de l’album « Offshore » 
  • Mercury Rev, Margo Price :  « Sermon » extrait de l’album « Bobbie Gentry’s The Delta Sweete Revisited » 
  • Jessica Pratt : « This Time Around » single 
  • Lana Del Rey : « Mariners Apartment Complex » single 
  • Boygenius :« Ketchum, ID » EP « boygenius » 
  • The Good, the Bad & the Queen : « Ribbons » extrait de l’album « Merrie Land » 
  • Connan Mockasin : « Con Conn Was Impatient » extrait de l’album « Jassbusters » 
  • Karen O, Danger Mouse : « Lux Prima » single 
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.