Lorsque Michka Assayas repère quelques pépites musicales, il partage ses découvertes ...

Khalid, chanteur, en concert le le 2 décembre 2017 à San Jose, en Californie.
Khalid, chanteur, en concert le le 2 décembre 2017 à San Jose, en Californie. © Getty / C Flanigan / FilmMagic

"(...)Khalid est ce genre de chanteurs, pas si répandus, capable de séduire aussi bien les très jeunes de son âge que ceux qui pourraient être leurs grands-parents. Comme par exemple Ron Mael, la moitié des légendaires Sparks, qui a récemment déclaré son admiration pour cette chanson de Khalid. Il y a une tendresse, une retenue modeste, une gentillesse sans mièvrerie dans sa voix et dans cette chanson qui, c’est son secret, ne diffuse que des vibrations positives. Oui, dit Khalid, la jeunesse à laquelle j’appartiens s’entend dire du matin au soir que tout est foutu, qu’il n’y a plus rien à faire mais, je cite Khalid, « tout ça c’est des conneries ». Ce garçon qui n’a pas encore le droit de se faire servir un verre d’alcool dans un lieu public -je rappelle la législation des Etats-Unis- élève une voix humble et douce pour rappeler une évidence : quand il n’y a plus une seule croyance collective qui tienne debout autour de soi, eh bien il reste toujours de l’amour à donner. Khalid a commencé à chanter à la chorale et se destinait au chant lyrique, opéra et comédie musicale. Sa mère, un sergent de première classe de l’armée américaine, qui chantait en amateur, lui a donné le goût de la musique. Elle lui a fait écouter Billie Holiday quand il était enfant. Lycéen à El Paso, où se croisent les frontières du Texas, du Nouveau Mexique et de l’État mexicain de Chihuahua, Khalid a commencé à écrire des chansons qui ont très vite retenu l’attention. De Kendrick Lamar, notamment. Khalid a découvert, comme toutes celles et ceux de sa génération, la musique grâce à la Toile. Ce qui explique l’éclectisme de ses goûts, qui vont du rap d’ASAP Rocky, aux mélodies entre folk et soul de Father John Misty, pour lui une sorte de modèle et de dieu vivant. Father John  Misty qui, entre parenthèses, a publié cette année, « Pure Comedy », un album qui a beaucoup marqué ceux qui l’ont écouté. Khalid sera au Trianon à Paris le 13 février prochain. Khalid dont je vous livre une réflexion éclairante : « Les genres musicaux ont été créés pour la radio. La radio reste une grande force mais on capte la musique aujourd’hui de bien d’autres façons ». Il raison. Et c’est pour ça qu’il est devenu impossible d’assimiler aujourd’hui la plupart des nouveaux venus à des genres identifiables.(...)"

  • Khalid : « Young Dumb & Broke » extrait de l’album « American Teen » 
  • Miguel : « Wolf » (featuring Quiñ) extrait de l’album « War & Leisure » 
  • Chris Robinson Brotherhood : « Behold the Seer » extrait de l’album « Barefoot in the Head » 
  • Endless Boogie : « Bishops at Large » extrait de l’album « Vibe Killer » 
  • The War on Drugs : « Pain » extrait de l’album « A Deeper Understanding » 
  • Peter Perrett : « How the West Was Won » extrait de l’album « How the West Was Won » 
  • Jim White : « Here I Am » extrait de l’album « Waffles, Triangles & Jesus » 
  • Chris Thile : « Thank You, New York » (featuring Gaby Moreno) extrait de l’album « Thanks for Listening » 
  • Adrian Crowley : « The Wish » extrait de l’album « Dark Eyed Messenger » 
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.