Ce soir, toujours 1968, mais côté jerk et joie de vivre. Parce qu’il n’y avait pas que la révolution, en ce temps-là, il faut s’en souvenir aussi.

Simon & Garfunkel en 1967
Simon & Garfunkel en 1967 © Getty / Bettmann

(...) « Mrs. Robinson », sans doute la chanson la plus connue de la carrière du duo new-yorkais Simon and Garfunkel, un des grands succès mondiaux de l’été 1968. Une chanson que Paul Simon avait composée pour la BO d’un film qui a eu un certain impact, The Graduate, de Mike Nichols, le Lauréat en français, en serait-ce que parce qu’il a révélé un jeune comédien plein d’avenir, Mike Nichols. La Mrs Robinson en question était, dan le film, une femme mariée qui séduisait un étudiant organisant une fête pour son diplôme, avant de séduire sa fille, ce qui, évidemment, créait quelques complications. Les paroles sont un peu sans queue ni tête, il y a une allusion à Joe Di Maggio, un très illustre joueur de baseball qui avait épousé Marilyn Monroe, Di Maggio, symbole de l’innocence perdue des Etats-Unis agités par une période trouble. Bon, en fait, qu’on le veuille ou non, la contestation finissait par s’immiscer partout. Et il arrivait, de toutes façons, qu’on cherche un sens caché dans la moindre chansonnette tout simplement parce que c’est une époque où il y avait beaucoup de choses qu’on n’avait pas le droit de dire. Alors on cherchait toujours à lire entre les lignes, ça stimulait l’imagination. En 1968, est apparu un groupe appelé à modeler l’histoire du hard rock, Deep Purple. Mais, sous sa première incarnation, avec un premier chanteur, Rod Evans, il y avait déjà le guitariste Ritchie Blackmore et le claviers Jon Lord, Deep Purple a connu le succès aux Etats-Unis en reprenant une chanson qu’on avait beaucoup entendue l’année précédente, « Hush ». Une chanson de style soul qu’avait créée un chanteur blanc du sud des Etats-Unis, Billy Joe Royal, et qu’avait reprise Johnny Hallyday sous le titre « Mal ». L’intéressant, chez ce premier Deep Purple, c’est l’inflexion soul et psychédélique donnée à « Hush », sous l’influence d’un groupe américain qui s’appelait Vanilla Fudge, lui aussi précurseur du hard rock. Et le curieux c’est qu’on perçoit aussi dans cette version de « Hush » par Deep Purple en 1968 la naissance du style de Santana..."

Programmation musicale :

The Equals, « Baby, Come Back » album « Unequalled Equals » 

Tommy James and the Shondells, « Mony Mony » album « Mony Mony » 

The Ohio Express, « Yummy, Yummy, Yummy » compilation « The Best of Ohio Express » 

Aphrodite’s Child, « Rain and Tears » compilation « Best of Aphrodite’s Child » 

Donovan, « Hurdy Gurdy Man » album « The Hurdy Gurdy Man » 

Jeff Beck, « Love Is Blue (L’amour est bleu) » album « Truth » (2005 Remastered Version) 

Simon & Garfunkel, « Mrs. Robinson » album « Bookends » 

Deep Purple, « Hush – 2014 Remastered Version » compilation « A Fire in the Sky – A Career-Spanning Collection » 

The Crazy World of Arhur Brown, « Fire » album « The Crazy World of Arthur Brown » 

Georgie Fame, « The Ballad of Bonnie and Clyde » album « The Ballad of Bonnie and Clyde »

Manfred Mann, « The Mighty Quinn » compilation «  The Very Best of the Fontana Years » 

Julie Driscoll, Brian Auger & the Trinity, « This Wheel’s on Fire » compilation «  Julie Driscoll, Brian Auger & the Trinity »

Canned Heat, « On the Road Again » album « Boogie with Canned Heat » 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.