Very Good Trip va explorer l’œuvre du, comment dire, plus méconnu des groupes connus.

Les Bee Gees, formé par les trois frères Gibb : Barry et les jumeaux Robin et Maurice, en 1970.
Les Bee Gees, formé par les trois frères Gibb : Barry et les jumeaux Robin et Maurice, en 1970. © Getty / Chris Walter / WireImage

Suis-je le seul à déceler une analogie entre les Bee Gees parce que, oui, c’était eux, et le style de Syd Barrett ou encore les débuts de David Bowie ? 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La chanson est peu connue, elle s’appelle « With the Sun in My Eyes » et elle figure dans un album publié par les Bee Gees en 1968 et qui s’appelle Horizontal. Et que vous n’avez guère de chance de trouver dans ces listes qui pullulent, des 100, 200 ou même 500 albums qui ont changé la face du rock. 

Bien sûr, s’il s’agissait d’organiser un grand Louvre du rock, mauvaise idée, je le concède mais c’est pour la métaphore, eh bien, évidemment, il ne viendrait jamais à l’idée de personne de mettre ces trois-là, les Bee Gees, Barrett et Bowie, dans la même salle. Non, rien à voir entre ces trois-là. Barrett, le génie maudit de Pink Floyd, auteur de deux albums solo déchirants. Bowie, l’artiste visionnaire qui a su, le premier, transformer la musique en images magiques. Et puis les Bee Gees, ces trois frères, débarqués avec leurs parents du nord glacial de la Grande-Bretagne, comme les futurs musiciens du groupe AC/DC, pour connaître une vie meilleure en Australie. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

De grandes dents, des fringues ringardes, sans parler des coiffures, les Bee Gees, au fond, sont restés comme des Beach Boys sans leur Brian Wilson, sans leur figure de compositeur génial, dans l’ombre, un peu maudit. 

Alors, bon, dissipons un premier malentendu, il est de taille. Beaucoup ne connaissent les Bee Gees que pour le film Saturday Night Fever, en français la Fièvre du samedi soir, et la chanson « Stayin’ Alive », sorte de must de toutes les soirées, avec « YMCA » de Village People ou « Marcia Baïla » des Rita Mitsouko. 

On leur avait commandé des chansons pour ce film dont ils ne connaissaient rien et ils les avaient enregistrées en France, d’ailleurs, au fameux Studio d’Hérouville. Quand ils ont vu le film et ses chorégraphies disco, ils ont été atterrés. Ils ne voulaient rien avoir à voir avec ça, et, pour reprendre les paroles de leur leader Barry Gibb, 

notre ambition, c’était de jouer de la musique de danse noire rhythm’n’blues » 

Et ils y étaient admirablement parvenus. Mais en fait ce n’est pas de ces Bee Gees-là qu’il va s’agir ce soir. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Parce que, des années 1966 à 1972, à peu près, ils ont créé une tout autre musique et été un tout autre groupe, qu’on a comparé en son temps aux Beatles. On les appelait d’ailleurs les Beatles australiens.

Bee Gees :

  • « With the Sun in My Eyes » extrait de l’album « Horizontal » 
  • « Massachusetts » extrait de l’album « Horizontal » 
  • « New York Mining Disaster 1941 » album « Bee Gees’ 1st » 
  • « Jumbo » extrait de l’album « Idea » 
  • « Sinking Ships » extrait de l’album « Horizontal » 
  • « World » extrait de l’album « Horizontal » 
  • « Marley Purt Drive » extrait de l’album « Odessa » 

Barry Gibb : « Words of a Fool » (featuring Jason Isbell) single 

Bee Gees :

  • « To Love Somebody » extrait de l’album « Bee Gees’ 1st » 
  • « Lonely Days » extrait de l’album « 2 Years On » 
  • « Holiday » extrait de l’album « Bee Gees’ 1st » 
  • « I Started a Joke » extrait de l’album « Idea » 
  • « Jive Talkin’ » extrait de l’album « Main Course » 
  • « You Should Be Dancing - Edit » extrait de l’album « Children of the World »  
L'équipe