Ce soir, je vous préviens, je vous fais visiter une autre planète. Assez désertique mais captivante.

La chanteuse Nico
La chanteuse Nico © Getty / Paul Natkin

_"« Frozen Warnings », des signaux gelés dans la contrée imaginaire où réside la narratrice de ce mystérieux poème chanté, des signaux gelés près de la frontière gelée. C’est une chanson qui figure dans le deuxième album de Nico, paru en 1969, The Marble Index. En fait le premier où elle interprète ses propres chansons et aussi sa propre musique. John Cale, présent à ses côtés, a cherché et trouvé des solutions pour intégrer à ses orchestrations l’harmonium dont jouait Nico, qui, comme il le dit drôlement, « n’était même parfois même pas accordé avec lui-même ». Un autre n’y serait pas allé par quatre chemins, lui aurait demandé de se débarrasser de cette vieillerie et aurait collé un professionnel pour que ça sonne, entre guillemets, normal. Pas John Cale, qui comprenait comme par télépathie, cette musique mystérieuse que Nico entendait dans sa tête. Ces images de frontière glacée, de rails de chemins de fer perdus dans la brume hivernale, on ne peut s’empêcher d’y voir une évocation des paysages dévastés de l’Allemagne de l’après guerre, que la petite Christa, la future Nico, a vus dans son enfance. D’après ce qu’on sait de ses débuts dans la vie, son père, un officier de l’armée allemande, aurait été gravement blessé à la tête puis, sujet à des crises de folie, envoyé par les nazis en camp de concentration. Disparu en tout cas. Elle a dû travailler enfant comme coutrière pour aider sa mère. Christa a été, à peine adolescente, violée par un sergent de l’armée américaine dans une base de l’US Air Force. Elle a gagné sa vie comme mannequin à Berlin dès l’âge de quinze ans, une activité à laquelle, selon son témoignage, elle n’a jamais pris le moindre plaisir.  Dans une scène qui figure dans la bande annonce du film qui évoque les derniers moments de sa vie, Nico, 1988, on la voit se regarder dans le miroir et se trouver moche. Et elle dit : « Tant mieux parce que au temps où j’étais si belle j’étais malheureuse ». Dans les années d’avant New York, Nico est passée par Paris où elle a été de toutes les fêtes. Elle a ainsi croisé Alain Delon dont elle dit avoir eu eu un fils, Ari, que celui-ci s’est toujours refusé à reconnaître, bien que les parents de l’acteur aient choisi de l’élever. On voit le petit Ari secouer avec application un tambourin pendant une répétition du Velvet Underground. Et c’est sa voix qu’on entend, à sept ou huit ans, dans cette petite comptine énigmatique qui figure dans l’album Desertshore, sur la pochette duquel Nico apparaît en longue robe blanche, assise en amazone sur un cheval blanc, sur fond de paysage désertique, guidée par Ari qui tient les rênes. C’est une image extraite du film de Philippe Garrel la Cicatrice intérieure, Philippe Garrel dont Nico a longtemps partagé la vie."_

Programmation musicale :

  • « All Tomorrow’s Parties » album « All Tomorrow’s Parties » 
  • « These Days » album « Chelsea Girl » 
  • « Chelsea Girls » album « Chelsea Girl » 
  • « Afraid » album « Desertshore » 
  • « Frozen Warnings » album « The Marble Index »
  • « Le Petit Chevalier » album « Desertshore » 
  • « Janitor of Lunacy » album « Desertshore » 
  • « The End » album « The End… » 
  • Nico + The Faction, « My Heart Is Empty » album « Camera Obscura »
  • Nico + The Faction, « Das Lied von Eisanen Mädchens » album « Camera Obscura »
  • Nico + The Faction, « Nibelungen » compilation « The Frozen Borderline 1968-1970 »
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.