Autre clin d'oeil de Michka Assayas ce soir, à Jason Molina, parti un jour de 2013 en laissant derrière lui une œuvre aussi passionnante que foisonnante.

Jason Molina avec Magnolia Electric Co. sur scène le festival End Of The Road 2009 à Larmer Tree Gardens, le 11 septembre 2009 à Dorset, Royaume-Uni
Jason Molina avec Magnolia Electric Co. sur scène le festival End Of The Road 2009 à Larmer Tree Gardens, le 11 septembre 2009 à Dorset, Royaume-Uni © Getty / Andy Sheppard / Redferns

"(...)Alors comment situer son style et ses chansons ? Eh bien Jason Molina est un musicien qu’on a rangé dans une catégorie pas très claire qu’on appelle Americana. En gros, tout ce qui touche aux styles et thèmes traditionnels liés aux racines de l’Amérique. Avec, bien sûr, les mélodies, les sons et les instruments traditionnels qui vont avec. Country, folk, bluegrass, blues rural et rock’n’roll traditionnel. C’est vaste. Une catégorie qui aide à comprendre que, malgré l’apparente modernité qu’a souvent représentée à nos yeux une certaine Amérique, urbaine et hyper-développée, celle des villes côtières et de quelques centres, où les nouvelles technologies ont créé d’immenses richesses, les Etats-Unis de ce début de vingt et unième siècles demeurent, en grande partie, un pays très archaïque. Où une grande part de la population, y compris très jeune, vit encore dans un monde mental très ancien. Se reconnaît encore dans de vieilles histoires dont on s’est beaucoup éloigné dans une Europe bien plus moderne. Des histoires d’errance, de destins mystiques, tragiques. Où grouillent des légendes primitives, des mythes ancestraux, qui ont nourri Bob Dylan, Neil Young, et tant d’autres. Et continuent à nourrir d’autres auteurs. On contemple tout cela, dans nos vieux pays, avec un sourire attendri, comme un folklore romantique. Mais là-bas, on continue à puiser dans ces sources ancestrales.(...)"

Songs : Ohia : « Hot Black Silk » extrait de l’album « Axxess & Ace » 3’08’’  

Magnolia Electric Co. : 

  • « The Dark Don’t Hide It » extrait de l’album « What Comes After the Blues » 
  • « O! Grace » extrait de l’album « Josephine » 

Kevin Morby & Waxahatchee : « Farewell Transmission » single 

Jason Molina : « Alone with the Owl » extrait de l’album « Let Me Go, Let Me Go, Let Me Go » 

Magnolia Electric Co. : « The Black Ram » extrait de l’album « Sojourner (Parts 1 & 2) » 

Songs : Ohia : « The Body Burned Away » extrait de l’album « Ghost Tropic » 

Jason Molina : « Heart My Heart » extrait de l’album « Autumn Bird Songs » 

Magnolia Electric Co. : « Whip-poor-will » extrait de l’album « Josephine » 

Jason Molina : « It’s Easier Now » extrait de l’album « Let Me Go, Let Me Go, Let Me Go » 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.