Ce soir, dans Very Good Trip, poursuite de notre exploration du psychédélisme contemporain. On va partir du côté fantaisiste, voire franchement farfelu du rêve. Promis, ça va être bizarre.

Le musicien Stu Mackenzie de King Gizzard & The Lizard Wizard sur scène du Bonnaroo Music And Arts Festival,  le 12 juin 2015 à Manchester (Tennessee)..
Le musicien Stu Mackenzie de King Gizzard & The Lizard Wizard sur scène du Bonnaroo Music And Arts Festival, le 12 juin 2015 à Manchester (Tennessee).. © Getty / FilmMagic / FilmMagic pour Bonnaroo Arts And Music Festival

L’Australie est, de fait, une grande terre du psychédélisme. Il y a de grands espaces inhabités, le ciel est vaste, la nature mystérieuse : toutes les conditions sont réunies. 

Ce groupe vient de ‘Melburn, la grande ville côtière du Sud-est de ce grand pays et s’appelle King Gizzard & the Lizard Wizard, le Roi Gésier et le Sorcier lézard. Il existe depuis dix ans et réunit autour d’un musicien débordant de passion et d’énergie, Stu McKenzie, une bande de copains, ils sont sept en tout, qui incarnent à eux tout seuls une sorte d’encyclopédie du rock psychédélique. 

King Gizzard and the Lizard Wizard, c’est comme un arbre unique qui offre toutes les branches à la fois toutes les branches de cette musique au fond indéfinissable. En qui peut être tout et son contraire, parfois même, ça, c’est très psychédélique, à l’intérieur d’un seul et même morceau. 

La preuve c’est que, en août dernier, quatre mois seulement après la publication de l’album « Fishing for Fishies », King Gizzard a publié un album intitulé « Infest the Rats’ Nest » dominé par une espèce de hard rock préhistorique. 

À la source de ce groupe, il y a un musicien qui s’appelle Stu McKenzie. Il joue d’un instrument inhabituel dans le rock, la flûte traversière, mais aussi du sitar indien, un des instruments les plus difficiles au monde à maîtriser, et de la zourna, une sorte du hautbois du Moyen Orient.

  • King Gizzard & the Lizard Wizard : « Fishing for Fishies » extrait de l’album « Fishing for Fishies » 
  • Allah-Las : « Polar Onion » extrait de l’album « LAHS » 
  • Kikagaku Moyo : « Nazo Nazo » extrait de l’album « Masana Temples » 
  • Clinic : « Ferryboat of the Mind » extrait de l’album « Wheeltappers and Shunters » 
  • Josefin Öhrn the Liberation : « Feel the Sun » extrait de l’album « Sacred Dreams » 
  • Moon Duo : « Fever Night » extrait de l’album « Stars Are the Light » 
  • Jacco Gardner : « Langragian Point » extrait de l’album « Somnium » 
  • The Flaming Lips : « All for the Life of the City » extrait de l’album « King’s Mouth »  
  • Rustin Man : « Judgement Train » extrait de l’album « Drift Code » 
  • Richard Dawson : « Dead Dog in an Alleyway » extrait de l’album « 2020 » 
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.